Paul Scheffer, critique diététique

0
89
président de l'ADNC

président de l'ADNC

« Les diététiciens doivent exercer leur esprit critique vis-à-vis des groupes agro-alimentaires »

 

Paul Scheffer est chercheur, président de l’Association de Diététique et Nutrition Critiques (ADNC ). Cette association regroupe des diététiciens, enseignants, cadres… qui souhaitent promouvoir une information en matière de nutrition et de santé, indépendante de l’industrie agroalimentaire, élaborée à partir de connaissances scientifiques fiables.

 

Le nom même de votre association – Association de Diététique et Nutrition Critiques – laisse supposer que les professionnels de la diététique et de la nutrition ne sont pas toujours assez « critiques » vis-à-vis de tel ou tel groupe d’influence ?

 

Paul Scheffer : Au cours de mes études, j’ai pu me rendre compte de l’absence de formation à l’esprit critique des futurs diététiciens, notamment par rapport à l’industrie agro-alimentaire. Ces grands groupes influencent fortement notre façon de nous alimenter. Et les diététiciens sont insuffisamment formés pour prendre du recul face à ces discours.

 

Comment s’exercent ces jeux d’influence ?

 

Paul Scheffer : Grâce au marketing et à la publicité, ces groupes possèdent de nombreux leviers d’action pour influer sur notre façon de consommer. Ils ont parfois des pratiques questionnables, proches de celles de l’industrie pharmaceutique, pour arriver à leurs fins. Ces rapports de forces font que les consommateurs mangent toujours plus de plats transformés. Des aliments raffinés, trop riches, ayant un fort impact négatif sur leur équilibre et leur santé. En France on consomme aujourd’hui 35 kg de sucre par an et par habitant. L’organisme humain n’a jamais été confronté à ça !

 

Vous estimez qu’on mange mal aujourd’hui ?


PS
A l’heure actuelle, 80% des produits consommés sont transformés. C’est une révolution par rapport à ce que mangeaient nos grands-parents, il y a encore 50 ans. Bien sûr, il faut se féliciter de divers progrès (au niveau de la conservation des aliments, de la maîtrise des risques alimentaires).

Mais en termes de qualité nutritionnelle, il y a un vrai retour en arrière. Globalement, on mange de plus en plus mal, et des maladies dégénératives se développent. Les diététiciens essaient aujourd’hui de « réparer les pots cassés », d’expliquer aux consommateurs comment rééquilibrer leur assiette, mais le message véhiculé par la pub et les médias est tellement influencé par les grands groupes de l’industrie agro-alimentaire qu’il est souvent difficile de s’y retrouver.

 

On parle souvent de la puissance des lobbies…

 

PS  :  Oui, dans l’agro-alimentaire, ils sont nombreux : le lobby du lait, celui des viandes, du sucre, etc… chacune de ces filières génère une communication puissante qui concourt à dérégler l’alimentation du consommateur.
Notre association ne souhaite pas entrer en guerre avec les industriels mais elle veut que chacun puisse exercer son esprit critique. Lorsque Mac Donald’s ou Coca-Cola parlent de diététique et d’équilibre nutritionnel à des futurs diététiciens, il faut pouvoir en discuter, avoir un retour critique face à leur présence dans les grands salons de la nutrition. Il ne s’agit pas de rejeter systématiquement les industriels mais de savoir, en tant que professionnel de la diététique, prendre des distances.

 

Quel rôle l’Etat doit-il jouer dans les questions d’équilibre alimentaire des citoyens ?

 

PS  : L’Etat a lancé il y a 10 ans un vaste plan, le Programme national nutritionnel et santé (PNNS), le fameux « manger bouger » et ses 5 fruits et légumes par jour… C’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Selon notre association, l’Etat doit tenir sa place en imposant des normes plus fortes et des contrôles, par exemple  sur l’étiquetage des produits, la publicité, la composition des produits, etc… En France, il y a encore des publicités à des heures de grande audience par les enfants, pour des produits qui sont interdits à la vente en Suède ou en Grande-Bretagne.

 

Propos recueillis par Hortense Allain-Launay

www.adnc.asso.fr

 

 

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE