Les Nouveaux Fermiers, coup de pub végétarien

0
92
substituts viande

L’usine de substituts de viande à base de protéines végétales, les Nouveaux Fermiers, a réussi à faire un gros buzz médiatique.

 

Le lancement de la start-up Les Nouveaux Fermiers prouve deux choses : les substituts de la viande ont le vent en poupe, à l’heure où la viande suscite de plus en plus de méfiance (pour des raisons environnementales et pour des raisons de santé).

 

 

La puissance d’un nom

 

 

Seconde évidence, la puissance du langage. Il a suffi de jouer sur cette astuce marketing (dénommer une ligne de produits à base de céréales, Les Nouveaux Fermiers, sous-entendu par opposition aux « vieux fermiers » faisant de l’élevage) pour créer un énorme buzz médiatique. La FNSEA, puissant syndicat majoritaire de l’agriculture, s’en est étranglé dans un communiqué de presse.

 

 

Six tonnes de steaks et nuggets végétaux

 

 

L’usine Les Nouveaux Fermiers, soutenue par de grands investisseurs (fonds d’investissement de Xavier Niel, BPI, investisseurs de la foodtech) va produire dans un premier temps six tonnes par jour de «steaks», «nuggets», et «aiguillettes» à partir de protéines de blé, pois jaune, et soja. Les premiers produits «Les nouveaux fermiers», ont commencé à être commercialisés depuis l’an dernier dans les rayons «boucherie-volaille» de diverses grandes surfaces (Monoprix, Carrefour…), et dans quelques 150 restaurants.

 

 

Flexitarisme et santé

 

 

Les nouveaux fermiers veulent surfer sur la vague flexitarienne et la préoccupation du siècle, à savoir la santé . « Nous avons concentré l’innovation sur la santé en obtenant des produits contenant quatre fois moins de gras saturé que la viande », a déclaré l’un des deux dirigeants, Guillaume Dubois.

 

 

Référendum sur le bien-être animal

 

 

L’initiative Les Nouveaux Fermiers n’est pas du goût des milieux agricoles. D’une part, le détournement du mot fermier n’est pas apprécié du tout. D’autre part, la participation de l’homme d’affaires très médiatique, Xavier Niel, est considérée comme quasi-frauduleuse. Le Pdg a été l’un des initiateurs du référendum d’initiative populaire (RIP) sur le bien-être animal. Le voilà quelques semaines plus tard, transformé en investisseur dans une start-up de produits végétaux substituts de la viande. Cela peut sembler cohérent de son point de vue, mais pour ses adversaires, très limite sur le plan éthique.

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

Substituts végétaux de viande: lancement de la première usine en France «Les nouveaux fermiers» Le Figaro avec AFP

 

AUCUN COMMENTAIRE