Mangue

0
124
fruit tropical mangue

fruit tropical mangue

La mangue est le fruit tropical le plus consommé au monde après la banane. Il est cultivé dans de très nombreux pays tropicaux et subtropicaux. L’Inde est le premier producteur mondial. L’Asie (Chine, Indonésie, Thaïlande…), l’Amérique du Sud (Brésil, Mexique…) sont les grandes régions à mangues. L’Afrique (Côte d’Ivoire, Burkina-Faso…) en exporte aussi.

 

Le nom mangue vient du mot tamoul mangka ou māṅgāy. Le manguier, originaire des forêts asiatiques (Pakistan, Birmanie…),  a semble-t-il été domestiqué il y a plus de 4 000 ans par les Indiens. Il peut atteindre jusqu’à 30 mètres de hauteur. En Inde, la mangue a toujours été considérée comme la reine des fruits. L’Europe ne découvre la mangue qu’au XVIII° siècle.

 

 

ENVIRONNEMENT

 

La mangue est attaquée par divers champignons et parasites (mouche, charançon…). La mouche de la mangue (ou mouche du vinaigre) fait beaucoup de dégâts. Les cultivateurs  irradient des populations d’insectes mâles (lutte autocide) pour les stériliser, puis les relâchent afin de neutraliser la fécondité des femelles. Les fruits exportés sont souvent directement irradiés, certains pays comme les Etats-Unis en faisant la demande.

D’autres producteurs misent sur la diversité des variétés de mangues, certaines étant plus résistantes aux parasites, ou pratiquent une polyculture (autres arbres fruities, légumineuses…). Il est possible aussi d’ensacher les fruits sur l’arbre ou de les tremper dans l’eau chaude au moment de la récolte.

 

 

QUALITE

 

On connaît plusieurs centaines d’espèces de mangues mais seules quelques espèces sont cultivées. Ce fruit fibreux qui goûtait un peu la térébenthine a été amélioré ces dernières années, en particulier par les producteurs indiens qui ont sélectionné et mis au point des variétés plus grosses et très aromatisées.

 

Quelques variétés commercialisées

 

Haden (Amérique latine) : La peau jaune teinté de rouge, la saveur un peu acidulée.

Tommy Atkins (Amérique latine) : Un gros fruit à peau verte et pourpre foncé. La chair jaune orangé est légèrement fibreuse.

Amélie (Afrique) : la peau vert-orangée, la chair orangée foncé. Elle est sans fibres.

Kent (Afrique, Amérique Latine) : Une grosse mangue à la peau jaune-vert colorée de rouge foncé, et à la chair jaune orangé peu fibreuse. Elle est sucrée et juteuse.

Osteen (Espagne) : une peau jaune tirant sur le rouge violet, chair crémeuse peu fibreuse, petit noyau

 

Une bonne mangue est nécessairement une mangue arrivée à maturité. Un objectif délicat pour les pays exportateurs qui récoltent et expédient des mangues encore vertes. L’idéal, comme pour beaucoup de fruits étant de laisser la mangue mûrir sur l’arbre, et de la consommer juste après l’avoir cueillie.

 

SANTE

 

La mangue est une bonne source de vitamine C, de vitamine A pour la femme (précurseur : le bêta-carotène) et de fibres. Les fibres solubles de la mangue (en majorité de la pectine) contribue à la diminution des risques cardio-vasculaires (via la baisse de cholestérol sanguin). La présence de polyphénols, antioxydants notoires, et de caroténoïdes (bêta-carotène) protège des effets destructeurs du stress oxydatif et des radicaux libres. En outre, ils contribueraient, estiment certains chercheurs, à un effet de prévention vis-à-vis de certains cancers. Sa richesse en fibres est également un atout santé à ne pas négliger.

 

Question allergie, la mangue ne semble pas être très allergène. Néanmoins, les personnes allergiques au latex développent souvent une allergie aux fruits tropicaux, dénommée le syndrome latex-fruits. Dès lors, la prudence sera de mise avec les mangues (risque de choc anaphylactique).

 

PRATIQUE

 

Choisissez la mangue un peu souple (mais pas trop), bien colorée et bien parfumée. Ne la mettez pas au froid (pas de réfrigérateur) mais au frais (cave, cellier…) et consommez-la avant qu’elle mûrisse trop.

AUCUN COMMENTAIRE