Grippe aviaire avant les fêtes

0
149

grippe aviaire canardsUne flambée de grippe aviaire à trois semaines des fêtes de Noël et de fin d’année. C’est le genre de mauvaise nouvelle dont les éleveurs du sud-ouest se seraient bien passés.

 

Le virus de la grippe aviaire revient. H5N8 fait de nouveau des siennes. Pour enrayer cette nouvelle épizootie, les éleveurs de canards ont dû une nouvelle fois procéder à des abattages en masse ces derniers jours : plus de 5 000 canards dans le Tarn, 4 000 dans le Gers, 2 000 en Lot-et-Garonne, 1 000 dans les Hautes-Pyrénées. L’épidémie semble remonter en Vendée et en Loire-Atlantique où des suspicions de grippe aviaire ont été identifiés. Surtout, cela signifie que l’épidémie touche aussi les élevages de poulets.

 

Hautement pathogène

 

Le foyer de grippe aviaire H5N8 est hautement pathogène, ont diagnostiqué les services vétérinaires. La souche de virus a été détecté dans plusieurs pays européens. Rien d’étonnant, a estimé la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé animale, le Dr Monique Eloit, « ces cas sont tous liés à des oiseaux sauvages, en pleine période de migration d’hiver ».

 

Déjà touchés

 

Les éleveurs du sud-ouest avaient été déjà très touchés en novembre 2015. On avait recensé jusqu’à 80 foyers d’infection. Les éleveurs du sud-ouest avaient dû fermer pendant près de quatre mois et procédé à des abattages massifs. Le métier de l’élevage est aux limites du traumatisme. Les responsables politiques et professionnels tentent de rassurer en expliquant que cette nouvelle épidémie n’a pas de rapport avec la précédente.

 

Indemnes d’influenza

 

Pour l’instant, les professionnels affirment que les ventes de volailles et de foie gras ne connaissent pas de recul en France. Ce pourrait être une autre paire de manches à l’étranger. Les producteurs français ne vont pas pouvoir retrouver leur statut « indemnes d’influenza aviaire », ce qui va leur couper la route de nombreux marchés à l’export, à commencer par l’Asie.

 

JC Nathan

 

Photo : claudine sylvano. publiée dans sud ouest

www.sudouest.fr