Les huîtres triploïdes, un goût de discorde

0
216
huitres triploides

Les huîtres triploïdes, encore appelées huîtres des quatre saisons, sont source de discorde et d’incertitudes.

 

Les triploïdes oublient de se présenter aux consommateurs dans leurs bourriches. Aucun étiquetage pour annoncer leur particularité génétique. Curieuse façon de faire. Le consommateur achète des huîtres sans savoir qu’il achète une huître génétiquement modifiée (même si techniquement, son capital génétique n’a pas changé).

 

 

Triploïdes, tétraploïdes, diploïdes

 

 

Petit retour pédagogique: les triploïdes sont issues d’un croisement entre des huîtres tétraploïdes (quatre paires de chromosomes) et des diploïdes (deux paires de chromosomes). Elles ont été mises au point par l’Ifremer. Elles ont trois paires de chromosomes. Elles sont donc stériles, d’où le fait qu’elles ne sont pas laiteuses (pas de laitance). Comme elles ne dépensent pas d’énergie pour la reproduction, elles grandissent vite : 18 mois à deux ans pour parvenir à l’âge adulte, contre trois années pour les huîtres naturelles, nées en mer. Lire Les huîtres naturelles naissent en mer.

 

 

Transmission de stérilité

 

 

A l’heure actuelle, les triploïdes représenteraient environ la moitié de la production d’huîtres françaises (environ 80 000 tonnes). Dans certains milieux ostréicoles traditionnels ou pro-environnementaux, elles ont très mauvaise presse car on les soupçonne de favoriser la transmission de maladies et de participer à la mauvaise santé des huîtres ces dernières années. Et pis, de risquer de transmettre à l’espèce entière leur stérilité, ou/et de porter atteinte à la biodiversité des huîtres. L’association Ostréiculteur traditionnel a intenté une action contre l’Ifremer pour «négligence» et «défaut de surveillance».

 

 

Organismes vivants modifiés

 

 

On peut s’étonner que ces OVM (Organismes Vivants Modifiés) ne soient pas soumis à une obligation d’étiquetage. Le consommateur ne sait jamais exactement ce qu’il achète : une huître d’écloserie ou une huître dite de captage naturel (élevée en pleine mer), une huître d’écloserie classique diploïde ou une huître « boostée » triploïde d’écloserie. Une façon de ne pas lui demander son avis sur un sujet qui le concerne pourtant.

 

 

Aurélie Laroche

 

https://www.quechoisir.org

http://www.liberation.fr/

Photo : www.charentelibre.fr

AUCUN COMMENTAIRE