Le Recho, le food-truck des migrants

0
173

Le Recho migrantsCet été, l’association Le Recho a garé son food-truck au cœur du camp de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord.

 

En août dernier, l’association Le Recho (REfuge, CHaleur, Optimisme) a organisé une distribution quotidienne de 500 repas « fait maison » et des ateliers cuisine avec les réfugiés du camp de Grande-Synthe (Nord-Pas-de-Calais). Au milieu des cabanes en bois alignées les unes à côtés des autres, les réfugiés ont pu déjeuner chaque jour au camion-restaurant de l’association. Tendance végétarienne : salade de lentilles, boulghour et confit de poivrons, galettes de pommes de terre et tiramisu en dessert. « Nous préparons des plats végétariens qui sont consensuels mais aussi plus éthiques, moins chers et plus facile à stocker », expliquent Vanessa Kryceve et Élodie Hué à bord du food-truck aux couleurs de l’association Le Recho.

 

La cuisine, vecteur de lien social

 

Les deux cheffes parisiennes ont créé Le Recho (pour Refuge, Chaleur, Optimisme) au printemps dernier. A Grande-Synthe, la brigade composée d’une dizaine de bénévoles a préparé et distribué entre 100 et 200 repas chaque midi. « L’objectif était de partager un moment convivial avec les réfugiés, les faire échapper à leur quotidien en leur amenant un peu de plaisir là il n’est question que de survie. La cuisine est un vecteur de lien social fort, tourné vers la vie et la communauté », ont-elles expliqué au quotidien Le Monde. Les aliments provenaient des invendus des supermarchés des environs, mais aussi d’un jardin potager communautaire installé sur le camp.

 

Les conseils de chefs étoilés

 

L’après-midi, place aux ateliers de cuisine réunissant entre 20 à 25 personnes, de cultures et d’origine diverses. Ensemble, ils préparaient chaque jour les 400 repas du soir, à partir de recettes kurdes, afghanes ou syriennes. Parmi les participants figuraient notamment d’anciens chefs cuisiniers, pâtissiers ou boulangers, et qui renouent pour un temps avec leur ancienne vie. En prime, ils ont bénéficié des précieux conseils de deux chefs étoilés, Akrame Benallal Florent Ladeyn, révélé par l’émission cathodique Top Chef.

 

Après cette première initiative solidaire, le Recho pense déjà à la suite. A bord de leur camion, Vanessa Kryceve et Élodie Hué dans les mois à venir de circuler de la France à la Grèce, en passant par des camps en Belgique ou en Allemagne. Lire aussi : La cuisine, lieu de solidarité pour les migrants

 

 

Eric Allermoz

 

Photo : La Voix du Nord

 

 

En savoir plus :

https://lerecho.com/

www.refugeefoodfestival.com

AUCUN COMMENTAIRE