Veggan, veggie, végé… les étiquettes magiques

0
204
produits végétariens

De plus en plus de consommateurs souhaitent mettre une dose de végétarisme dans leur alimentation. Dans les rayons, c’est un festival d’étiquettes végé, veggie, veggan… que le consommateur paye parfois cher.

 

 

Les consommateurs souhaitent diminuer la part de la viande et des produits d’origine animale et se tournent vers des produits à teneur végétale. Les industriels, les marques et la grande distribution rebondit en lançant une kyrielle de produits teintés de vert et de couleurs de légumes.  Pour mémoire, rappelons que veggie ne veut pas dire veggan (végétalien) mais est le diminutif des termes anglais vegetarian ou vegetable (végétarien, légume).

 

 

Des produits tendance chers

 

 

Que recouvrent ces nouvelles étiquettes veggie, végé, veggan…?  En janvier dernier, la DGCCRR (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a enquêté. Le premier constat est que ces produits tendance sont chers comparativement aux produits classiques. Cela tient en partie au fait qu’ils contiennent des ingrédients coûteux (noix de cajou, amandes…) nécessaires pour améliorer la teneur en protéines, le goût, la texture… afin de se rapprocher de leurs homologues à base de lait, de crème.  Le fait que les produits soient le plus souvent labellisés bio participe à l’élévation des prix.

 

 

Appellations ambigües

 

 

Second constat, les dénominations des produits végétaux sont souvent ambigües, sinon abusives, afin d’évoquer les termes classiquement utilisés dans l’alimentation traditionnelle. Et la DGCCRF de lister ces appellations équivoques faisant référence à des produits laitiers – Fromages vegan, lait de chanvre -, carnés – filet végétal façon canard, bacon vegan, jambon roulé aux herbes, de la mer – bâtonnets de poissons panés, filet de saumon végétal-  ou au chocolat – Lapin de Pâques en chocolat au lait végétal -, au miel – Sirop au goût de miel et de caramel.

 

Autant dire que le marketing fait des merveilles dans le secteur veggie.  A garder en mémoire lorsqu’on fait ses courses pour ne pas trop s’emballer sur le végé.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : DGCCRF

 

 

AUCUN COMMENTAIRE