Des fraises contaminées aux pesticides

0
160
fraises et pesticides

fraises et pesticidesUne enquête de l’association Générations futures confirme que les fraises contiennent fréquemment des résidus de pesticides, dont divers perturbateurs endocriniens et des produits chimiques interdits depuis des années.

 

Les fraises sont les fruits les plus porteurs de résidus de pesticides : 79% des échantillons contre 66% en moyenne pour les fruits en général, avec des dépassements plus fréquents de LMR (Limites Maximales en Résidus), c’est-à-dire des seuils règlementaires. C’est ce que révélait l’enquête 2012 de la DGCCRF (Direction de la Consommation).

 

Perturbateurs du système endocrinien

L’association écologiste anti-pesticides Générations futures vient de produire sa propre enquête qui indique que cette « contamination » est encore plus sérieuse : 92% des échantillons prélevés (46 échantillons de fraises françaises et espagnoles) contenaient un ou plusieurs pesticides. 71% portaient des traces de pesticides dits « perturbateurs endocriniens », particulièrement problématiques pour les femmes enceintes (et le fœtus) et pour les enfants en bas âge. Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d’avoir de nombreux effets néfastes : cancers hormonaux dépendants (prostate, testicules, sein…), perturbations du métabolisme (obésité, diabète…) et de la reproduction (baisse de la fertilité), etc.

 

Substances interdites

Encore plus inquiétant, deux échantillons de fraises françaises (sur 26 échantillons) contenaient de l’endosulfan, un insecticide organochloré interdit en Europe depuis 2005, classé comme Polluant Organique Persistant, et devant être éliminé selon la convention de Stockholm (Nations Unies). Deux échantillons de fraises espagnoles révélaient la présence de carbosulfan, un autre insecticide interdit en Europe depuis six ans ! Diverses substances chimiques (flonicamide, acétamipride), interdites sur la fraise, ont également été mises en évidence. L’identification de pesticides et de substances interdites sur la fraise est d’autant plus surprenante que l’on compte pas moins de 400 produits pesticides et une cinquantaine de substances autorisés sur la fraise !

 

Effet cocktail mal évalué

Les analyses ont montré que certaines fraises contenaient jusqu’à 12 pesticides. Cette multiplication de substances (multirésidus) soulève la question cruciale de l’effet cocktail. De l’avis de nombreux toxicologues, les substances chimiques peuvent entrer en synergie et provoquer des effets toxiques très mal appréhendés, non pris en compte par les méthodes officielles de contrôle, basées sur une limitation par produit (LMR).

 

Perturbateurs endocriniens

Générations Futures, via une série d’enquêtes sur les pesticides, tente de peser au maximum sur la position officielle de la France, engagée dans des discussions au sein de la Commission européenne sur la future règlementation en matière de « perturbateurs endocriniens ».  Le mouvement écologiste cherche à faire interdire toutes les substances ayant des effets perturbateurs reconnus sur le système endocrinien de l’homme.

La position de la Commission européenne fixée à la fin de l’année 2013 aura également des répercussions sur d’autres directives (directive Biocide, Reach…). Autant dire que les lobbies s’activent intensément à Bruxelles et dans les diverses capitales européennes.

 

Bernard Duran

 

A lire aussi sur le site : La fraise

Source : www.generations-futures.fr/2011generations/wp-content/uploads/2013/07/EXPPERT-2-fraises-final.pdf

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE