Coca-Cola, sponsor de la recherche sur les boissons light

0
218
coca zero edulcorants

En listant les bénéficiaires des subventions de Coca-Cola, Foodwatch met en lumière une pratique pernicieuse du monde agro-alimentaire : l’aide à la recherche ou à l’information. De l’art de brouiller les pistes sur des sujets sanitaires sensibles.

 

 

Coca-Cola défend l’image de marque des sodas classiques  à grands coups de spots publicitaires (vive la « fraîcheur de vivre ») et simultanément celle des boissons light « sucrés » aux édulcorants.  Un grand écart magistral. Les édulcorants intenses sont des molécules chimiques qui permettent de générer le goût sucré sans apport de calories. Des molécules telles que l’aspartame, l’acésulfame K et le sucralose ont un pouvoir sucrant cent fois ou mille fois supérieur au sacharose.

 

 

Le light, alternative santé

 

 

L’industrie agro-alimentaire et des firmes comme Coca-Cola présentent les boissons light, comme l’alternative santé de leurs propres boissons sucrées. Le light serait notamment le moyen de lutter contre le diabète. Le problème est que l’on manque singulièrement de résultats scientifiques pour étayer les bienfaits des édulcorants. Certaines études ont même tendance à mettre en garde contre les risques des édulcorants.

 

 

Financement de divers organismes

 

 

Pour minimiser les critiques et positiver l’image des édulcorants, Coca-Cola finance la recherche et divers organismes d’information.Selon Foodwatch, le géant du soda dépense chaque année quelques millions d’euros pour se gagner les faveurs de divers professionnels de la médecine ou de la science.

 

Coca finance par exemple l’Institut européen d’expertise en physiologie, le Centre National pour le Développement du Sport (désormais Agence nationale du sport, établissement sous la tutelle du ministère des sports), l’Association française des diététiciens nutritionnistes,  le Centre de Ressources pour Etudes Appliquées Biomédicales… Au sein de ces établissements, dirigeants et experts deviennent très logiquement des avocats de l’aspartame et des édulcorants en général.

 

 

Diabétiques et édulcorants

 

 

L’un des bénéficiaires des générosités de Coca-Cola n’est autre que la Fédération française des diabétiques. Les édulcorants semblent avoir bonne presse parmi les personnes atteintes de diabète. Pourtant, rien ne prouve que ces faux sucres améliorent leur santé. Certaines études ont même tendance à mettre en évidence un effet pernicieux des boissons light. Lire : Boissons light, l’illusion du sans-sucre. Mais le lobbying des fabricants d’édulcorants (International Sweeteners Association, ISA) et les producteurs de sodas ne restent pas inactifs pour convaincre l’opinion publique du contraire.

 

 

 

JC Nathan

 

Sources : Foodwatch

AUCUN COMMENTAIRE