L’origine de la viande toujours opaque

0
73
viande etiquette

L’origine de la viande dans les plats préparés et les produits transformés est le plus souvent masquée. Trois ans après le scandale de la viande de cheval utilisée frauduleusement dans les plats préparés, cette question sanitaire n’a pas été réglée. Quand il achète l’un produit transformé à base de viande (lasagnes, raviolis, hachis Parmentier, nuggets, rillettes, saucisses de Strasbourg….), le consommateur n’a aucune information dans la plupart des cas.

 

Une majorité des étiquettes sans précision

 

Une récente enquête de l’UFC-Que Choisir met en évidence l’opacité pratiquée par les industriels agro-alimentaires, et tolérée par la Commission européenne qui n’a pas rendu obligatoire l’affichage de l’origine des ingrédients.  L’association a passé au crible les étiquetages de 245 aliments à base de viande de bœuf, de porc et de poulet. Plus de la moitié ne précisent pas l’origine de la viande utilisée.

 

Saucisses de Strasbourg 

 

Environ les trois-quarts des produits à base de poulet font l’impasse sur la mention de l’origine. Les saucisses de Strasbourg dans leur grande majorité n’affichent pas l’origine du porc. Des marques comme Findus, Marie, Le Gaulois, Charal ou certaines marques de distributeurs comme Intermarché jouent davantage le jeu de la transparence, mais la plupart préfèrent rester dans le flou. Pour échapper à leurs responsabilités, les industriels arguent que la précision de l’origine sur les étiquettes serait coûteuse et renchérirait le prix des produits. Argument fallacieux, estime la revue Que Choisir qui a évalué à 0,7% (moins de 1 pourcent) le surcoût de cette mention.

 

La Commission peu à l’écoute

 

Il semble très probable que la majorité des consommateurs sont désireux de comprendre ce qu’ils mangent réellement et d’où cela provient. Jusqu’ici, la Commission européenne, fidèle à un certain esprit libéral, a préféré laisser les industriels s’autoréguler, c’est-à-dire en faire selon leur bon vouloir.

 

On verra dans les prochains mois si l’institution européenne se montre plus attentive vis-à-vis des consommateurs. Le 11 février dernier, les députés européens ont adopté à une très large majorité une résolution en vue de rendre obligatoire l’étiquetage de l’origine de la viande dans les plats transformés. Mais la Commission est libre de suivre ou non cette résolution.

 

JC Nathan

 

Sources :

Viande dans les produits transformés.  Que choisir. 8 février 2016

www.quechoisir.org.

http://reporterre.net

 

AUCUN COMMENTAIRE