Détection d’un virus de grippe A d’origine porcine

0
66
porc

En Bretagne, dans les Côtes d’Armor, une personne a été infectée par un virus influenza d’origine porcine. Les autorités sanitaires sont très vigilantes.

 

 

Début septembre 2021, le Centre national de référence des virus des infections respiratoires à l’Institut Pasteur a établi qu’un homme a été infecté par un virus influenza d’origine porcine. Ce virus est décrit par les spécialistes comme le virus influenza A(H1N2)v clade 1C.2.4).

 

 

Virus de la grippe A

 

 

Les virus influenza A et B sont responsables de la grippe A (une anthropozoonose, maladie de l’animal transmissible à l’homme). Le virus influenza A le plus connu est le fameux H1N1, responsable de la fameuse grippe espagnole et celui qui a menacé les Etats-Unis et l’Europe en septembre 2009.

 

 

Franchissements de barrière

 

 

Le réservoir naturel des virus de grippe A est constitué par les oiseaux aquatiques sauvages (canards, oies) et par les porcs. En règle générale, les virus grippaux sont incapables d’infecter l’homme, mais il y a régulièrement des franchissements de barrière, liés à la grande variabilité des virus influenza (mutations, réassortiments). Le virus A contamine alors l’homme par voie respiratoire.

 

 

Les plus de 65 ans

 

 

On sait qu’une dizaine de virus influenza aviaires et porcins sont capables d’infecter l’homme et circulent au niveau mondial. Chaque année, 5 à 15% de la population (essentiellement les plus de 65 ans) sont touchés par les virus de grippe A (des virus aviaires dans la plupart des cas),. Ce que craignent les experts, c’est un réassortiment génétique qui pourrait déclencher une pandémie.

 

 

Attentives et prudentes

 

 

Pour l’instant, les autorités sanitaires estiment que les risques liés au nouveau virus influenza découvert dans les Côtes d’Armor sont limités. L’état de santé du patient est bon et aucune personne symptomatique n’a été détectée. Les cas de transmission interhumaine de virus influenza porcins sont très rares. Mais les autorités sanitaires restent extrêmement attentives et prudentes.

 

JC Nathan

 

Sources : santépubliquefrance

AUCUN COMMENTAIRE