Végétarienne enceinte

0
117
vegetarienne enceinte

Une végétarienne enceinte peut maintenir son mode alimentaire. Mais elle devra veiller à de bons apports en vitamines et en minéraux.

 

Pour une végétarienne enceinte, l’absence de protéines animales ne semble pas poser de problèmes majeurs, pour autant que l’alimentation compense le manque de certaines vitamines et oligo-éléments essentiels durant la gestation. Les vitamines à surveiller particulièrement sont celles du groupe B, très présentes dans la viande, le poisson, les œufs, et la vitamine D.

 

Forts besoins en vitamines B

 

Au troisième trimestre, les besoins d’une femme enceinte augmentent significativement pour la vitamine B1 (1,8 mg contre 1,1 en temps normal), pour la vitamine B3 (16 mg contre 11 pour une femme habituellement), pour la vitamine B9 (400 microgrammes contre 300). La levure de bière est l’une des sources végétales très riches en diverses vitamines B qui contribuera aux apports nécessaires. Les légumes secs, les noix, le soja, certains légumes verts (épinards, brocolis, haricots…) sont des sources intéressantes de diverses vitamines B

 

Double ration de vitamine D

 

En vitamine D, les besoins doublent quand on est enceinte, passant de 5 à 10 microgrammes (et 25 microgrammes au troisième trimestre). Le risque de carence en vitamine D (source d’hypocalcémie chez le futur bébé) existe pour toutes les femmes.  Il peut être accru pour une végétarienne enceinte et encore plus pour une végétalienne. Mais ce risque de carence est suivi par le médecin qui prescrit un supplément.

 

1000 mg de fer

 

L’apport en fer est également à suivre de près. L’organisme d’une femme enceinte travaille à haut régime et nécessite un volume sanguin accru, donc du fer pour l’hémoglobine. La constitution du cordon ombilical et du placenta suppose également un apport en fer plus élevé. Sur l’ensemble de la grossesse, le besoin en fer monte jusqu’à 1000 mg ! Au troisième trimestre, l’apport quotidien recommandé passe de 16 à 30 mg pour une femme enceinte. Or, les végétariens ne bénéficient pas de l’apport en fer de la viande, le fer héminique plus facilement assimilé par l’organisme que le fer des végétaux (non héminique). Il faut donc suivre de près les sources de fer, et suppléer dès le début de la grossesse, s’il y a un risque de carence.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : www.passeportsante.net

Diététique et nutrition. M. Apfelbaum. M. Romon. M. Dubus. Editeur : Masson

Dictionnaire de diététique et de nutrition. Pierre Dukan. Editeur : Le cherche midi.

Nutrition : principes et conseils. L. Chevallier. Masson

 

Photo : 123 RF

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE