Christophe Michalak, pâtissier généreux

0
247
pâtissier C Michalak

Considéré comme un jeune prodige, il incarne la relève de la pâtisserie française. Il vient d’ouvrir une école de pâtisserie à Paris.

 

Mémoire gustative

 

« Je n’ai pas eu une grand-mère qui me faisait de bons gâteaux, de bonnes mousses au chocolat. C’était plutôt conserves et purée déshydratée… Du coup, à 15 ans, lorsque j’ai fait un stage en cuisine, cela a été la découverte ! Très vite, je me suis réfugié dans la pâtisserie. Il faisait chaud, ça sentait bon… le rêve quoi !

Je me suis plu à découvrir et à assimiler le goût de chaque chose, et à me constituer ainsi une mémoire gustative, qui est aujourd’hui ma force et ma richesse. »

 

Parcours 3 étoiles

 

Petit à petit, il gravit les échelons, et quitte l’Oise pour travailler dans les plus grandes maisons ( Pierre Hermé, Fauchon, Ladurée…) partout dans le monde : Londres, Bruxelles, New-York, Tokyo… « Toutes les expériences étaient importantes à vivre, les bonnes comme les mauvaises. C’est ce qui forge un homme. Le Japon a été déterminant, voir un peuple aussi zen m’a indéniablement changé ! »

A son retour en France, il devient chef pâtissier du palace Plaza Athénée, à Paris. Cinq ans plus tard, en 2005, il remporte la Coupe du Monde de Pâtisserie.

 

« Rendre la pâtisserie plus accessible »

 

Commence alors une nouvelle période dans la vie du pâtissier qui cherche à rendre son métier plus accessible, avec ses livres ou ses émissions : « L’envie de démystifier mon métier m’a poussé à développer des émissions TV comme « Le gâteau de mes rêves » sur la chaîne Téva, « Qui sera le prochain grand Pâtissier », puis, « Dans la peau d’un chef » sur France 2. .. J’essaie toujours de donner le maximum d’astuces et de conseils. »

« La pâtisserie est très technique, elle fait peur, alors plus on en parle, plus on l’apprivoise, mieux c’est. Décomplexons-la pour de bon ! »

 

Une recherche de perfection

 

Selon Christophe Michalak, « on ne peut pas être pâtissier sans être généreux et gourmand : mon métier me permet de m’exprimer à travers mes créations … qui sont en constante évolution ! »

« Avec mon équipe, on crée tous les jours, on affine, on essaie, et nos recettes se modifient petit à petit… on crée une bonne centaine de pâtisseries par an ! Je suis la tête d’une équipe soudée qui réalise mes idées les plus folles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. C’est ce qui s’appelle une grosse organisation. Ce qui est sûr, c’est que sans l’appui de formidables collaborateurs, je ne serais pas à ce niveau ! »

 

Bec sucré Parisien

 

Son dessert préféré : « Cela change selon mes humeurs, mes envies, les saisons… Je reste un grand fan de chocolat ou de choses plus simples comme le flan. Le flan de la boulangerie-pâtisserie les Enfants Gâtés, rue Cardinet à Paris, me rappelle mon enfance

 

* Michalak Master Class, 60 rue du Fb Poissonnière, 10e

Pour informations :

http://christophemichalak.com/

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE