Jean Imbert, chef télé-éco-responsable

0
374
chef jean imbert

C’est une jeune tradition mais elle est vivace. Les chefs français sont des gourmets éco-responsables, vantant inlassablement les produits frais de saison, la beauté de la nature, refusant le gaspillage. Avec son livre, « Utile ! Plus de 100 recettes éco-responsables », Jean Imbert, jeune chef très médiatisé, s’inscrit dans cette mouvance citoyenne.

 

 

Eco-responsables mais raffinées

 

 

Dans son ouvrage « Utile ! Plus de 100 recettes éco-responsables », le chef rend grâce à une cinquantaine de produits à consommer au coeur de leur saison, clémentine corse, potiron, mirabelle, maquereau… et livre une centaine de recettes, à la fois simples et raffinées. Une cuisine pour faire plaisir où l’on gaspille le moins possible.

 

 

De Bocuse à France 2

 

 

Jean Imbert, vous connaissez ? Normal, vous regardez la télé et parfois les émissions culinaires. C’est lui qui a remporté en 2012 la saison 3 de Top Chef, l’émission de M6. Visiblement à l’aise sur les plateaux télé, il relève avec son ami Norbert, des « challenges » culinaires dans « Jean et Norbert : le défi » sur 6ter. Nouvelle consécration en 2013, dans Top Chef : le choc des champions ».Depuis le mois d’août 2017, il anime sur France 2, Qui sera le prochain grand pâtissier ?  à 20h55.

 

 

 

Pas d’étoiles mais des stars

 

 

Jean Imbert est un chef sans étoiles. Mais pas sans stars. Comme autant de trophées, son restaurant relaye sur Instagram (285 000 abonnés) ou Twitter (111 000 followers) ses prises les plus célèbres : Robert De Niro, Johnny Hallyday, Marion Cotillard… A son tableau de chasse, il affiche fièrement sa virée à Los Angeles pour cuisiner pour Jay-Z et Beyoncé, ou encore la vidéo de Pharrell Williams, à ses côtés aux fourneaux.

 

 

En direct à l’Acajou

 

 

Vous souhaitez goûter la cuisine du chef ? Après tout, au-delà du bling-bling télé, ce jeune homme est tout de même passé par l’Institut Paul Bocuse, puis dans les cuisines de Michel Rostang à Paris, Antoine Westermann à Strasbourg, ou encore Marc Meneau à Saint-Père en Bourgogne.

 

Selon des avis éclairés, l’élève a bien assimilé le savoir des maîtres. Dans son restaurant parisien du 16° arrondissement, il décline de jolies synthèses entre classiques et modernes : carpaccio de salade de fruits frais; dorade royale – caviar d’aubergine et courgette – coulis de poivrons rouges;  rôti de cochon fermier – ananas et champignons shitaké…

Comptez 40 euros pour le menu du midi, 70 euros pour le soir et 65 à 75 euros à la carte.

 

 

 

 

L’Acajou, 35 bis, rue la Fontaine 01 42 88 04 47

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE