Fongicides SDHI, le pesticide qui fait peur aux scientifiques

0
1294
fongicides et cancer

Des fongicides très nocifs identifiés sous le sigle SDHI ont fait leur apparition sur de nombreuses cultures. Des scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

 

 

Les fongicides SDHI sont inconnus de la très grande majorité des citoyens mais ils vont vite les découvrir. Un panel de scientifiques (chercheurs, cancérologues, médecins, toxicologues) du CNRS, de l’Inserm, de l’Inra) a signé une tribune très alarmante (Libération du 15 avril 2018) à leur sujet. Cette nouvelle catégorie de pesticides, est utilisée en quantité sur des cultures céréalières (blé, orge….), sur des semences, des fruits (raisins et des agrumes), et aussi des pelouses, des golfs… pour éliminer des champignons et des moisissures. Non sans risques graves pour la santé.

 

 

Extrême dangerosité

 

 

Ce fongicide (pesticide destiné à traiter les champignons) a commencé à être diffusé en 2009 par Bayer et Monsanto pour remplacer d’anciens pesticides, interdits car trop dangereux. Or, selon les scientifiques, la famille SDHI de fongicides est d’une extrême dangerosité. La substance pourrait modifier la structure de l’ADN humain, déclencher des anomalies génétiques, provoquer des tumeurs et des cancers, des encéphalopathies sévères, des maladies neurologiques graves, et cela de façon encore plus insidieuse que des substances reconnues comme carcinogènes.

 

 

SDH, une enzyme essentielle

 

 

Les fongicides SDHI ont pour but d’inhiber la succinate déshydrogénase (SDH). La succinate déshydrogénase est une enzyme présente chez un grand nombre d’être vivants (jusqu’aux bactéries) qui participe à des phénomènes complexes de métabolisation, à la circulation des électrons et à la respiration cellulaire. Les fongicides SDHI stoppent les champignons en bloquant le fonctionnement de leurs cellules. Mais ces pesticides diffusés dans l’environnement vont finalement passer dans la terre, contaminer l’eau, les aliments, et exposer gravement l’homme.

 

 

Modifications épigénétiques, tumeurs, cancers…

 

 

Dans cette tribune, on peut lire que le blocage de l’enzyme SDH, sous l’effet des fongicides « conduit à l’accumulation d’une petite molécule, le succinate. Celui-ci va entraîner à long terme, un changement de la structure de notre ADN : ce sont des phénomènes de modifications épigénétiques. Ces anomalies épigénétiques liées au blocage de la SDH vont déréguler des milliers de gènes, expliquant la survenue de tumeurs et cancers. »

 

Des scientifiques de très haut niveau tel Pierre Rustin, généticien, directeur de recherches au CNRS, dénoncent l’extrême gravité de cette contamination et l’insuffisance des tests de toxicité ayant permis la mise sur le marché des substances. Le collectif des scientifiques appelle à suspendre l’utilisation du fongicide SDHI et d’initier de nouvelles études de risques. Au passage, on peut de nouveau interroger la validité du système  européen d’homologation des produits de traitement des cultures.

 

JC Nathan

 

Sources :www.sciencesetavenir.fr

Liberation.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE