Eplucher ou pas les fruits et légumes

0
416
eplucher la peau

La peau des fruits et légumes regorge de micronutriments (vitamines, minéraux, antioxydants…). L’idéal serait d’essayer de la consommer tout en évitant le piège des pesticides.

 

La peau des fruits et légumes est désormais consciencieusement épluchée par nombre de cuisiniers et cuisinières. Pour cause de pollution avérée ! Mais c’est un beau gâchis de micronutriments. Voilà une bonne raison de choisir du bio ou du « non traité » (comme s’y engagent certains labels ou petits producteurs locaux).

 

25% des apports en vitamines et minéraux

 

 

En épluchant certains légumes, on perd une grosse partie des fibres et des vitamines. La peau des pommes détiendrait quatre à cinq fois plus de vitamine C que la chair. En moyenne, on estime que la peau concentre environ 25% des apports en vitamines, minéraux et antioxydants des fruits et légumes. Par exemple, une portion de 100 grammes de patate douce avec sa peau contient 3 grammes de fibres et 20 milligrammes de vitamines C. Sans la peau, ces chiffres descendent à 2,5 g de fibres et 13 mg de vitamine C.

 

Les limites du trempage au bicarbonate

 

Deux stratégies s’ouvrent à vous. Solution numéro 1, le trempage dans une eau coupée de bicarbonate de soude. Selon certains scientifiques, il faut mettre une bonne quantité de bicarbonate (trois cuillères pour un litre d’eau) et laisser tremper environ 15 minutes pour obtenir un effet réel. Et même après ce remède de cheval, on n’est pas certain d’avoir ôté tous les pesticides, car une partie se glisse dans la chair. Le lavage au vinaigre et citron serait encore moins efficace que le bicarbonate de soude pour les pesticides.

 

Ne pas se dispenser du lavage

 

Seconde solution, le choix du bio. Les fruits et légumes bio contiennent encore des pesticides mais dans des proportions bien moindres. On ne se dispensera pas du lavage ou brossage-lavage des fruits et légumes pour cause de bactéries et autres contaminations. A cet égard, rappelons que le choix du bio est d’autant plus pertinent que le fruit ne se lave pas (cas des framboises par exemple).

 

Le critère de la fraîcheur

 

Mais en termes de micronutriments, la peau n’est pas le seul critère pertinent. La question de la fraîcheur du produit l’est largement autant. On veillera à consommer les fruits et légumes les plus frais possible (ne pas laisser traîner indûment les produits au frigo après achat) pour ne pas entamer inutilement ce capital de micronutriments.

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : www.rtbf.be

www.consumerreports.org

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE