L’interdiction du bisphénol A, perturbateur endocrinien

0
98
bisphénol A alimentaire

bisphénol A alimentaire

 

Le bisphénol A, substance chimique largement utilisée depuis une cinquantaine d’années pour fabriquer les plastiques  des contenants alimentaires (biberons, boîtes de conserve,  bonbonnes d’eau) et les résines de revêtement est désormais interdit en France. La fabrication, l’importation, l’exportation et la mise sur le marché de produits incorporant cette substance sont prohibées. La France, premier pays au monde à adopter une telle réglementation, prend ainsi une position de pointe vis-à-vis des risques de ce perturbateur endocrinien.

 

La liste des effets nocifs

 

Baisse de la fertilité, suspicion de cancers hormono-dépendants (sein, prostate, testicule), troubles cardio-vasculaires, facteur aggravant de diabète ou d’obésité…. La liste des effets nocifs d’une exposition au bisphénol A est longue. Aux Etats-Unis, l’administration a mis en lumière des effets délétères sur le cerveau et la prostate des bébés et des fœtus. Lire Bisphénol A : perturbateur endocrinien pour le bébé et le foetus à doses infimes

 

Plusieurs millions de tonnes par an

 

Les scientifiques ont prouvé que ce type de substance pouvait agir à des doses infimes. Or, le bisphénol A s’est répandu dans tout notre environnement quotidien (papier thermique de tickets bancaires, lunettes de soleil, conserves…). Chaque année, les industriels en disséminent plusieurs millions de tonnes dans le monde. De nombreuses études montrent sa présence dans les urines de la majorité des citoyens.

 

Des produits européens vont circuler

 

Malgré la nouvelle interdiction, le consommateur français va rester  encore longtemps en contact avec des produits contenant du bisphénol A : ceux déjà sur le marché ne seront pas retirés et des produits venant d’autres pays européens vont continuer d’entrer en France sans que l’on puisse les interdire, pour cause de libre circulation des marchandises dans l’Union européenne.L’autorité sanitaire européenne doit rendre bientôt un avis sur la question.

 

Pour les entreprises, la recherche de solutions alternatives en matière d’emballage relève du casse-tête. Les industriels français ont dû tester tous les croisements possibles entre aliments – préparations alimentaires et résines de substitution au BPA afin de garantir l’absence d’effets acides et de risques de fermentation des aliments. Lire Bisphénol A : risque pour la santé, casse-tête pour les industriels. Un autre problème va se profiler concernant des substances de remplacement qui pourraient également s’avérer dangereuses.

 

JC Nathan

 

sources : By bye BPA. Stéphane Foucart. Le Monde du 6 janvier 2015

Le bisphénol A banni de France. Pauline Fréour. lefigaro.fr

 

Photo  : Inra

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE