Les poussins broyés

0
164
poussins broyés

Le groupe Carrefour, associé aux Fermiers de Loué, s’engage à ne plus broyer (ou gazer) les poussins mâles, pratique industrielle courante de l’industrie avicole.

 

 

Dossier emblématique de la souffrance animale, la question des poussins broyés est souvent occultée. L’industrie avicole étant compartimentée, elle a seulement besoin des poussins femelles, futures poules pondeuses. Les poussins mâles n’ont pas les caractéristiques voulues pour faire des poulets d’élevage. Ils sont donc éliminés. Chaque année, 50 millions de poussins mâles sont broyés ou gazés. Le ministre de l’Agriculture a déclaré que la France interdirait cette pratique d’ici à fin 2021.

 

Lire aussi : Le bien-être animal, une valeur en hausse

 

Carrefour et Loué

 

Aussi, le groupe Carrefour et les Fermiers de Loué viennent-ils de faire un gros coup de communication en annonçant qu’ils investissaient pour détecter dans les oeufs le sexe des futurs poussins, et détruire l’œuf avant que le poussin soit né. Cela se nomme une technique de sexage. Grâce à une caméra qui scanne les œufs (technologie développée en Allemagne), on analyser la couleur des plumes de l’embryon, identifier le sexe et donc sélectionner les œufs.

 

2 centimes par oeuf

 

Le groupe Carrefour a annoncé qu’il prenait en charge avec Loué une partie du coût de cet investissement et ne répercutait qu’une partie des coûts.  Dans le plan de Carrefour, le consommateur est amené à payer 2 centimes par œuf, environ 12 centimes par boîte de six oeufs. Les boîtes d’œufs  « scannés » seront identifiées par un logo spécifique. On voit ainsi un grand distributeur tenter un petit coup de marketing avant que la Loi ne le contraigne à cette mesure.

 

L214 s’est félicité de cette mesure. Mais l’association de défense des animaux a aussitôt annoncé qu’il faudrait aussi penser aux canetons femelles, éliminées par l’industrie avicole spécialisée dans le foie gras.

 

Lire aussi : Foie gras et souffrance animale

 

Katrina Lamarthe

 

Sources : L214

franceinter.fr

 

Photo : Reporterre.net

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE