Intestin irritable, la piste des protéases

0
237
intestin irritable

Intestin irritable, ce trouble mystérieux gâche la vie de millions de personnes. La recherche s’oriente sur des enzymes un peu trop actives dans l’intestin, les protéases.

 

 

Le syndrome de l’intestin irritable touche environ 5% de la population française, plus fortement les femmes. Le côlon irritable ou intestin irritable est à l’origine de diverses douleurs : maux de ventre, spasmes, ballonnements, diarrhées, constipation, maux de tête, douleurs musculaire, fatigue….

 

Causes méconnues

 

Les causes de ce trouble restent encore très mal comprises.  On sait qu’il s’agit d’un mauvais fonctionnement des intestins, avec une accélération ou un ralentissement du transit intestinal qui déclencherait une sensibilité aigüe des parois de l’intestin.

Lire : Syndrôme de l’intestin irritable : un trouble très répandu

 

 

Perméabilité intestinale et hypersensibilité

 

 

L’une des hypothèses avancées est celle d’une perméabilité intestinale qui occasionnerait des réactions inflammatoires et finalement, une hypersensibilité intestinale. Il y a une quinzaine d’années, une équipe de l’Inserm (l’Institut de recherche en santé digestive à Toulouse) a mis en évidence une activité anormalement élevée au niveau du côlon d’une famille d’enzymes, les protéases, impliquée dans la digestion des protéines.

 

 

Perméabilité anormale des muqueuses intestinales

 

 

Les chercheurs ont découvert que ces fameuses protéases étaient produites dans et par les tissus cellulaires (éphithélium) formant la muqueuse intestinale. Ces enzymes seraient impliqués dans une perméabilité anormale des muqueuses de l’intestin, et à l’origine d’une excitation particulière de zones de l’intestin parcourues de terminaisons nerveuses très sensibles.

 

La grande responsable, la trypsine-3

 

L’une de ces protéases, la trypsine-3, en se connectant aux récepteurs de certains neurones, serait la grande responsable de l’hypersensibilité intestinale. Des expériences sur les rats ont montré qu’ils pouvaient devenir ultra sensibles au ballonnement à la suite de l’activité de la protéase trypsine-3.

A lire aussi : Aliments à éviter pour intestin irritable

 

Divers palliatifs

 

 

Pour l’heure, la médecine n’a pas encore mis au point un traitement susceptible de bloquer ce dysfonctionnement du système digestif. On en est réduit à calmer les symptômes à l’aide de divers palliatifs : antispasmodiques, médicaments contre les diarrhées ou la constipation, modification du régime (sans gluten, sans Fodmaps…). En attendant mieux.

 

 

JC Nathan

 

Sources : www.inserm.fr

AUCUN COMMENTAIRE