Des OGM inoffensifs

0
214
soja Roundup OGM

soja Roundup OGMLes OGM ne sont pas dangereux, avance l’Académie des sciences américaine, mais elle reconnait qu’on y voit pas très clair à moyen-long terme.

 

Les OGM ne présentent pas de sérieux risques pour la santé et pour l’environnement. L’annonce faite par l’Académie des sciences américaine ne va pas faire plaisir aux associations de protection de l’environnement qui se battent en Europe et en France contre la généralisation des plantes génétiquement modifiées.

 

Elle fait écho à la position de l’Efsa, l’autorité européenne de sécurité des aliments sur le maïs transgénique. Selon l’autorité, rien ne permet de dire que le maïs MON810 est plus risqué pour l’environnement que le maïs conventionnel.

 

Sortir de la confusion

 

La cinquantaine de scientifiques mobilisée par Fred Gould, professeur à l’Université d’Etat de Caroline du Nord, a passé au peigne fin environ 900 études et publications sur les OGM. Objectif : sortir de la confusion et réaliser un nouvel examen objectif des données. Il n’est pas sûr que l’Académie américaine y soit parvenue, tant les conclusions sont assorties de réserves. Lire aussi : OGM, un débat politique plus que scientifique

 

Pas de maladie chronique

 

Selon l’Académie des sciences américaines, il est difficile de mettre en évidence des risques spécifiques liés à la culture de ces plantes manipulées génétiquement. Aucune étude ne révèle l’apparition de maladies chroniques liées à la consommation de produits OGM. Sur le plan environnemental, aucun dommage majeur n’apparaît. Les OGM résistants aux herbicides et aux insectes n’ont pas réduit la diversité des plantes et des insectes dans les exploitations agricoles concernées. Ils ont dans certains cas permis de réduire l’usage d’insecticides.

 

Aucune étude sur le long terme

 

On pourrait presque commencer à avoir confiance dans les OGM si ces scientifiques ne mentionnaient pas eux-mêmes de sérieuses réserves. Aucune étude épidémiologique n’existe sur les effets d’une consommation sur le long terme de produits OGM, tels que le maïs, le soja, les pommes de terre…. reconnaissent les scientifiques. Lire aussi : OGM : des tests sur longue période

 

Transferts de gènes

 

L’Académie admet que certains « dommages collatéraux » existent, tels que des transferts de gènes de cultures OGM vers les espèces sauvages, ou encore l’apparition de résistances chez des insectes visés par les plantes OGM… Les scientifiques américains minimisent ces dommages tout en reconnaissant que « la complexité d’évaluer les changements à long terme dans l’environnement rend difficile de tirer des conclusions définitives ».

 

En caricaturant, on pourrait dire que l’Académie certifie qu’il n’y a pas eu de catastrophe sanitaire ou environnementale majeure liée à la diffusion d’OGM. Ce constat semble très insuffisant pour certifier que les OGM sont inoffensifs et accorder un blanc-seing aux puissantes multinationales de l’agrochimie.

 

JC Nathan

 

Sources : agriculture.greenpeace.fr

http://www.lexpress.fr

 

Photo: Greenpeace

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE