Emmanuel Macron tolérant au glyphosate

0
226
Macron salon agriculture

Le président Macron vient d’amorcer un étonnant et regrettable rétro-pédalage sur la position de la France vis-à-vis du glyphosate.

 

 

En novembre 2017, l’Union européenne a renouvelé l’homologation de cet herbicide pour cinq ans. La France avait tenu alors une position en flèche, par l’intermédiaire de son président, Emmanuel Macron qui s’était engagé à le bannir d’ici à 2021.

 

Jeudi 24 janvier, à Bourg-de-Péage (Drôme), lors d’un débat citoyen, le président de la République a fait volte-face sur le dossier. « Je sais qu’il y en a qui voudraient qu’on interdise tout du jour au lendemain. Je vous dis : un, pas faisable, et ça tuerait notre agriculture. Et même en trois ans on ne fera pas 100 %, on n’y arrivera, je pense, pas », a expliqué le président.

 

 

Le blé français trop cher

 

 

Devant un petit parterre de public, M. Macron a fait la démonstration que si la France interdisait le glyphosate avant ses voisins européens, le blé français serait plus coûteux, ce qui pénaliserait lourdement les céréaliers français.

 

Ce revirement n’est sans doute pas uniquement le fruit d’une pure réflexion élyséenne mais très probablement le résultat d’un intense travail de lobbying. Les grands agriculteurs s’inquiètent fort de l’interdiction de ce produit de traitement phare.  Ne l’oublions pas, le glyphosate, autrement dit le Round up de Monsanto, est très efficace quand il s’agit de traiter les mauvaises herbes, et on ne lui connait pas encore de remplaçant.

 

 

Agribashing

 

 

En novembre dernier, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), le principal syndicat agricole, a dénoncé « l’agribashing » et toutes les mesures qui viendraient alourdir les coûts des agriculteurs (augmentation de la redevance pollution diffuse, etc).

 

 

Message inaudible

 

 

Ce pas-de-deux est particulièrement regrettable alors que la France apparaît depuis dix à vingt ans comme incapable d’amorcer un tournant en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement et de la santé des citoyens. En matière d’écologie, le message envoyé par le président de la République à l’opinion publique française et à nos voisins européens, est devenue inaudible.

 

 

Katrina Lamarthe

 

Photo: Liberation

 

 

.

AUCUN COMMENTAIRE