Hygiène et alimentation anti-Alzheimer

0
1276
maladie d'Alzheimer et aliments

L’hygiène de vie et l’alimentation jouent un rôle essentiel dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. De plus en plus d’études scientifiques en attestent.

 

Nos modes de vie influent sur le risque de développer une maladie neurodégénérative telle que Alzheimer. Outre l’âge, les facteurs génétiques, il faut aussi prendre en compte les facteurs environnementaux tels que l’hygiène de vie et l’ alimentation.

 

Des millions de personnes atteintes

 

En France, on dénombre environ un million de cas de cette affection neurodégénérative. Chaque année, 225 000 nouveaux cas sont enregistrés. 8% de la population de plus de 65 ans est concernée, et presquze 18% pour les plus de 75 ans. Au niveau mondial, on dénombre 46 millions de personnes dans le monde atteintes de diverses formes de démence, la maladie d’Alzheimer étant la forme la plus classique. Ces chiffres risquent d’augmenter considérablement dans les années à venir (on cite le chiffre de 106 millions de personnes dans le monde), en partie à cause du vieillissement général de la population.

 

Les modes de prévention

 

Une étude réalisée par l’Université de Cambridge a mis en évidence des  facteurs de risques tels que diabète, obésité, tabagisme, hypertension, manque d’exercice physique… Aussi, l’exercice physique est-il considéré comme un moyen essentiel de prévention. Le travail mental et intellectuel, le maintien de relations sociales et amicales en sont d’autres, tout comme l’alimentation.

 

 

L’alimentation, un facteur à intégrer pleinement

 

 

Plusieurs études imputent à l’alimentation une part de responsabilité dans la multiplication de cas d’Alzheimer. Selon certains scientifiques, on peut établir une corrélation entre la consommation de produits d’origine animale, de produits gras et de produits sucrés, et la prévalence de la maladie. Des pays ou des régions où l’on consomme très peu de viande, par exemple en Inde ou dans certaines régions du Japon, affichent un risque très inférieur aux Etats-Unis, par exemple, grands consommateurs de viande.

 

 

Des oméga 3 et peu de calories

 

 

Le mode alimentaire peut probablement aider à freiner le vieillissement et réduire les risques de survenance d’Alzheimer. Eviter la surconsommation de calories, typique d’une mauvaise alimentation, semble améliorer la résistance des neurones à diverses affections cérébrales (Alzheimer, Parkinson, perte neuronale…).

La consommation de poissons gras (saumon, truite, maquereau, sardines…), riches en acides gras oméga-3 à longue chaîne (EPA et DHA) est fortement encouragée pour leurs effets anti-inflammatoires, qui protègeraient du déclin cognitif. C’est la raison pour laquelle régime méditerranéen et régime crétois sont souvent cités dans la stratégie anti-Alzheimer.

 

 

Vitamines antioxydantes

 

 

En freinant l’activité néfaste des radicaux libres, toute la gamme des antioxydants, contribue à la prévention. A cet égard, nombre de vitamines sont précieuses : la vitamine C, la vitamine E (noix, graines, germe de blé, huiles végétales…), connues pour leurs effets antioxydants. De bons apports en vitamine D sont conseillés, des carences semblant associer à un risque plus élevé de maladie neuro-dégénérative.

 

 

Polyphénols et flavonoïdes

 

 

Les polyphénols et les flavonoïdes, de par leurs effets antioxydants et anti-inflammatoires, sont des alliés indispensables contre le déclin cognitif. Aussi, de nombreux aliments sont associés à la prévention de la maladie d’Alzheimer : le thé vert (teneur en catéchines) les fruits rouges et le raisin (anthocyanines), les extraits de ginkgo biloba, le curcuma, mais aussi de nombreux fruits et légumes (agrumes, pommes, oignons, fines herbes, ortie, poireau…)

Les fruits (pomme, pamplemousse…), les légumes (asperges, chou, haricot, pois, épinards..), mais aussi le vin, la bière, le chocolat… en contiennent.  Autre ingrédient riche en antioxydants vertueux, le curcuma (qui permet de composer la poudre de cari)

 

 

Folates et vitamines B

 

 

Enfin, de nombreux médecins évoquent l’importance de prendre des aliments riches en folates ou acide folique (épinards, céréales…)  , ainsi qu’en vitamines B6, B12, micronutriments qui auraient une action sur divers processus cellulaires et neuronaux.

 

 

JC Nathan

 

Sources :

Potential for primary prevention of Alzheimer’s disease: an analysis of population-based data. Etude parue dans The Lancet neurology sous l’autorité de Carol Brayne.

www.thelancet.com

« Adopter un mode de vie sain pourrait protéger contre l’Alzheimer »

www.lavoixdelamerique.com

www.passeportsante.net/fr

www.plaisirssante.ca

 

Photo : etudes.isped.u-bordeaux2.fr

AUCUN COMMENTAIRE