La cuisine thaïe émerveille

0
221
cuisine Thaïlande

La cuisine thaïe est vive, colorée, inventive, savoureuse, généreuse… Il n’y a pas assez d’adjectifs pour en parler !

 

La cuisine thaïe est faite pour les amoureux de la cuisine et des bonnes choses. C’est l’opinion de Anne Copin qui sait visiblement de quoi elle parle (cf. son bel ouvrage sur le sujet Food Trotter Thaïlande) et l’on est vite prêt à partager sa passion.   Les Thaïlandais, habitants de la terre de Siam, terre des hommes libres, ont mis les plaisirs de la table au coeur de leur vie, juste à côté de la religion (le bouddhisme).

 

 

Equilibre entre les cinq saveurs

 

La cuisine est gourmande, festive, populaire, généreuse, savoureuse, soignant l’équilibre entre les cinq saveurs : pimenté, amer, acide, sucré, salé. « Le pimenté vient des piments frais ou séchés, du poivre ou de racines piquantes, l’amertume vient de certains légumes ou de certaines feuilles, l’acidité du jus de citron ou du tamarin, le sucré du sucre de canne ou de palme et le salé est apporté par la sauce de soja, la sauce de poisson ou la pâte de crevette » explique Anne Copin dans son ouvrage Food Trotter Thaïlande. Symbole de cette cuisine de toutes les saveurs, le curry thaï.

 

Le riz et les nouilles

 

Le pilier de la cuisine thaïe est le riz. Sous toutes ses formes : riz assaisonné, riz sauté (riz sauté à la pâte de crevette, riz sauté au crabe…. Et presque aussi important que le riz, les nouilles de riz (nouilles sautées à la sauce de soja,  nouilles de riz au lait de coco et aux gambas… et les vermicelles (vermicelles de riz à l’ananas et au lait de coco, vermicelles de riz frit…).

 

Herbes, épices, condiments, fruits

 

L’importance des herbes, des épices, des condiments (en particulier le fameux nam phrik, une préparation très ancienne à base de pâte de crevette et de piment), l’art d’inviter les fruits et d’inventer des salades riches en fruits  (salade de papaye verte, salade de mangue….), ou de varier les formes de soupes (soupe de nouilles de riz à l’anis et au porc, soupe au lait de coco et à la crevette…)…. Tous les signes d’une cuisine d’une vitalité et d’une inventivité sans limites sont réunis.

 

 

Poissons, coques, porc, poulet, pousses de bambous…

 

 

La prodigieuse diversité des plats thaïs (poisson grillé, coques au curry, curry rouge au porc et aux pousses de bambou, poulet sauté aux aubergines rondes et au basilic, poulet frit dans des feuilles de pandanus…) donne le tournis et surtout une envie irrésistible de dénicher un bon restaurant thaïlandais ou de partir aussitôt au Royaume de Siam.

 

Aurélie Laroche

 

Source : Food Trotter Thaïlande. Anne Copin. Editions Umai. mai 2018.

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE