L’élevage, un risque majeur pour l’environnement

0
453
elevage viande environnement

elevage viande environnementL’élevage est en train de devenir à l’échelle planétaire un vrai problème pour l’environnement. Il faudra tôt ou tard regarder en face cette réalité.

 

L’élevage est un ennemi de plus en plus menaçant pour l’environnement. Actuellement, on nourrit sur terre 66 milliards de bovins, et on produit chaque année 318 millions de tonnes de viande (120 millions de tonnes de porc, 112 millions de tonnes de volailles, 68 millions de tonnes bœuf, 14 millions de mouton). Ainsi, la consommation de viande « à grande échelle » débouche-t-elle sur une impasse environnementale.

 

Un septième des émissions de gaz

 

L’élevage, à l’origine de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, est à lui tout seul un énorme contributeur au réchauffement de la planète.  En cause, l’élevage bovin (pour la viande et pour le lait), la production et la transformation des aliments du bétail, et la fermentation entérique (d’origine digestive) des ruminants. Cette situation ne peut qu’empirer si l’on ne fait rien.

 

9,1 milliards d’humains

 

De 7,2 milliards d’humains, la planète va passer à 9,1 milliards en 2050 – c’est-à-dire demain -, en particulier du fait de la forte démographie en Afrique et en Asie. Rien que cet accroissement de la population va exercer une formidable pression sur la demande en produits alimentaires et en particulier en produits animaux.

 

52 kg par habitant 

 

En parallèle, le pouvoir d’achat des populations dans le monde s’améliore. La consommation de viande par personne augmente avec le niveau de vie. Selon certaines estimations, on devrait passer d’une consommation moyenne de 41 kg (30 kg dans les pays en développement) en 2010 à 52 kg par habitant par an en 2050. Si aucun changement n’est apporté, il faudra produire en 2050 quelques 470 millions de tonnes par an de viande. En une cinquantaine d’années (2005-2050), la demande en viande va augmenter de 70%. Mais les incidences environnementales vont s’aggraver dans la même proportion. C’est bien une impasse environnementale dans laquelle on va s’engager rapidement.

 

Des élevages plus modernes

 

Quelles sont les solutions ? Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), on peut encourager et développer un élevage moins dommageable pour l’environnement, en développant pâturages et prairies (qui captent le gaz carbonique), en améliorant l’alimentation pour réduire les gaz liés à la rumination, en dépensant moins d’énergie, en gérant mieux les effluents… A l’encontre des schémas « écolos », les spécialistes de la FAO avancent que les élevages « productifs », plus modernes et mieux gérés, sont globalement moins émetteurs de gaz à effet de serre que des élevages très traditionnels et des élevages de basse-cour… Pourra-t-on faire « moderne » sans tomber dans les excès de « l’intensif » ? Cela reste à démontrer.

 

L’autre voie est bien entendu d’encourager une consommation de viande beaucoup plus raisonnable, de rééquilibrer nos apports alimentaires entre protéines animales et végétales. Il est fort probable que cette prise de position va s’entendre de plus en plus nettement dans les années à venir.

 

JC Nathan

 

Sources :

Photo : Michael Conroy. Associated Press

 

AUCUN COMMENTAIRE