Qualité de l’eau potable, l’avenir trouble

0
206
nitrates

nitratesSelon une récente enquête de UFC-Que Choisir, un million et demi de Français reçoivent une eau trop polluée. La pollution d’origine agricole est toujours en cause.

 

Près de 1,5 millions de consommateurs ont accès à une eau trop polluée. Tel est l’enseignement d’une enquête de UFC-Que Choisir (février 2014). L’eau n’est pas impropre à la consommation mais il y a dépassement des normes sur l’un des critères suivis par la réglementation : qualité bactériologique, teneur en aluminium, pesticides, nitrates, sélénium et radioactivité.

 

Le quart nord-est de la France le plus touché

 

L’une des grandes causes de pollution de l’eau demeure l’agriculture et ses rejets : les nitrates liés à l’utilisation intensive d’engrais et aux lisiers émanant des élevages, les pesticides ou produits phytosanitaires liés à la lutte contre les mauvaises herbes, insectes, champignons… 900 000 consommateurs du quart nord-est de la France, résidant dans des zones fortement agricoles, sont les plus touchés par cette pollution.

 

Nitrates, pesticides, poisons lents

 

Une eau de mauvaise qualité, chargée en nitrates ou en pesticides, est une menace pour la santé (lire Pesticides et cancers : les indices s’accumulent). Les nitrates peuvent s’avérer dangereux pour les fœtus et les nourrissons. La réglementation européenne a fixé la limite à 50 mg/litre pour l’eau potable (50 mg/l) pour protéger les personnes les plus vulnérables. Certains pesticides (aldrine, dieldrine, heptachlore…) sont tellement nocifs que la réglementation a dû fixer des seuils particulièrement  bas (0,03 microgrammes par litre, soit trois fois moins que pour un pesticide classique). Mais des toxicologues ne cessent de mettre en garde contre les effets cocktails, c’est-à-dire les effets croisés des produits.

 

Captages pollués et abandonnés

 

En France, 10 % des ressources en eaux nécessitent un traitement sur les nitrates pour pouvoir être distribuée. Plus de 20 % des ressources en eaux demandent un traitement coûteux des résidus de pesticides. Des centaines de « captages d’eau » sont abandonnés pour cause de pollution. Des moyens coûteux de traitement sont mis en œuvre pour rendre l’eau potable mais la stratégie « curative » ne peut être une solution durable.

 

Protéger les ressources en eau à moyen long terme

 

Le vrai problème de l’eau est celui de la préservation à moyen-long terme des ressources en eau. Depuis 1996, la France a enchaîné quatre plans pour réduire l’utilisation d’engrais et les rejets de nitrates. Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, trois ministères (Développement durable, Santé et Agriculture) ont publié en 2009 une liste dite des « 500 captages Grenelle » : 500 points d’eau particulièrement menacés par les nitrates et les produits phytosanitaires.

Une politique de protection des aires d’alimentation des captages a été lancée. L’agriculture biologique a été convoquée pour participer à la protection des zones à risques. Si l’on a bien identifié le problème, on est loin de l’avoir résolu.

 

Bernard Duran

 

www.developpement-durable.gouv.fr

1,5 million de Français toujours privés d’une eau de qualité. 26 février 2014. www.lefigaro.fr

Photo : www.developpement-durable.gouv.fr

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE