Le maïs

1
153
le mais de plus en plus OGM

le mais de plus en plus OGMConsommateur d’eau, d’herbicides et d’insecticides, OGM… Le maïs ne véhicule pas une image positive sur le plan environnemental. Mais sur le plan nutritif, c’est une céréale de base à ne pas mésestimer.

 

ENVIRONNEMENT

 

Du maïs pour les animaux

En France, le maïs est cultivé sur 3,3 millions d’hectares (7 à 10 % des surfaces agricoles utiles), principalement dans le Sud-Ouest et l’Ouest. Mais seule une toute petite partie (23 000 hectares) est dédiée au « maïs doux », consommé par l’homme. Le reste est dévolu à l’alimentation animale.

 

Gros consommateur de pesticides

Le maïs consomme 10 % des pesticides utilisés en France. Les cultivateurs recourent à divers herbicides pour lutter contre les mauvaises herbes qui gênent la croissance du maïs. Comme de nombreuses céréales, le maïs est également attaqué par une pléiade de ravageurs (taupins pucerons pyrales. Depuis quelques années, les chrysomelles sont apparues en Europe. Le traitement chimique est très dommageable pour l’environnement (pollution des eaux, des sols, de l’air) et la santé (problèmes respiratoires).

 

Le maïs Bt MON 810 banni en France

La France a interdit sur son sol la culture de maïs MON 810, l’un des deux OGM autorisés à la culture au sein de l’Union européenne avec la pomme de terre Amflora, du groupe allemand BASF (pomme de terre que BASF a finalement renoncé à cultiver en Europe). Actuellement, six demandes d’autorisation de mise en culture de maïs et de soja transgéniques sont déposées à Bruxelles.

Le MON 810 est une variété cousine du maïs MON 863, un OGM incriminé par certaines études scientifiques pour ses effets délétères sur le foie et les reins de rats de laboratoires.

 

26 variétés de maïs transgénique autorisées

L’Union européenne autorise l’importation de 26 variétés de maïs transgéniques, principalement pour la nourriture animale, mais aussi pour la fabrication de denrées alimentaires pour l’homme (farine ou semoule de maïs). L’étiquetage des produits doit mentionner  la présence d’OGM dès que l’on dépasse 0,9%.

 

QUALITE

 

Un légume de complément

Le maïs doux est le résultat d’une amélioration  par sélection végétale, qui a permis de  produire des grains jaunes, rebondis, à la peau fine et légèrement sucrés. Le maïs est consommé dans le monde entier sous diverses formes : bouillies ou couscous en Afrique, semoule en Italie (Polenta), galettes et crêpes en Amérique latine (tortillas, tacos).

 

En France, il est consommé  en conserve, surgelé ou frais. L’épi peut être également consommé en frais, grillé ou cuit à la vapeur. Les Français en consomment 1 kg par an et par habitant (les Américains, 7 kg).La France, qui le cultive depuis  les années 1970, est devenue un champion du maïs doux (3° rang mondial derrière les Etats-Unis et la Hongrie).

 

NUTRITION

 

Riche en amidon

S’il est faible en protéines, le maïs est riche en amidon, et constitue une source d’énergie importante dans l’alimentation.

 

Antioxydant, antivieillissement

Le maïs est un bon fournisseur de glucides. Sous forme de grains frais ou de conserve, il apporte 20 g de glucides et 90 calories pour 100 g de maïs. Il offre aussi une quantité intéressante de protéines, mais les acides aminés de ces protéines sont de qualité moyenne. Il est donc préférable de l’associer avec une légumineuse. L’un de ses apports les plus intéressants est sa richesse en carotène, connue pour son rôle antioxydant et ses multiples effets anti-vieillissement.

 

Les corn-flakes, un carburant trop puissant

Sous sa forme céréales séchées, le maïs est un vrai carburant qui apporte environ 70 g de glucides pour 100 g de maïs et 350 calories. En corn-flakes, l’indice glycémique du maïs est particulièrement élevé, en partie à cause de la transformation industrielle opérée. D’où une forte mise en cause des « pétales de maïs » du petit déjeuner dans les phénomènes d’obésité des enfants. Les corn-flakes sont donc prohibés pour les personnes ayant des problèmes de poids ainsi que pour les diabétiques.

 

A lire : Les OGM

Source : www.passeportsante.net