Bien choisir son melon et reconnaître la qualité

0
2145
melon qualité

melon qualité

Pour goûter un bon melon, il faut un peu connaître ce « faux-fruit », l’aimer et avoir deux ou trois astuces au moment de l’achat.

 

Le melon est une plante (liane) herbacée de la famille des Cucurbitacées (concombre, courgette, poivron…). La plante fleurit de mai à septembre et donne naissance au fruit du même nom. L’essentiel des melons que l’on trouve en France sont des melons Charentais, variété cantaloup (chair orangée, écorce lisse ou « écrite », ç.à.d. avec quelques aspects liégeux). Mais on trouve aussi du melon brodé (écorce liégeuse), ainsi que  le vert olive (forme ovale), le galia…, le melon d’Espagne (moins goûteux).

 

 

Un faux-fruit, vrai légume, merveille diététique

 

 

Le melon, ce faux fruit et vrai légume, gorgé d’eau (90%) est un magnifique aliment pour l’été, et une merveille diététique (à peine 35 à 40 calories pour 100 g de fruits dues aux 6 à 7 g de glucides). Outre son apport hydrique, le melon nous offre des fibres, du magnésium (19 mg pour 100 g), du potassium (335 mg pour 100 g), et quelques bonnes vitamines : vitamine C (28,8 mg pour 100 g), vitamine B9 (23,3 µg/100g), pro-vitamine A ou Bêta-Carotène (2020 µg/100g).

 

 

Les facteurs de la qualité

 

 

Il y a quatre facteurs qui font la qualité gustative du melon : la variété, l’ensoleillement, la bonne irrigation pendant la culture, la maturité au moment de la récolte. La présence d’une aréole à la base est le signe d’un melon femelle, ce qui est un « plus » pour la qualité.

 

Lorsque la queue du melon (pédoncule) a tendance à se détacher, le melon est arrivé à maturité. Le melon doit sentir bon. On teste l’odeur au niveau de la queue (pécou, dit-on dans le midi). Pour certains amateurs, l’odeur n’est pas le critère principal, voire peut induire en erreur. Une odeur très prononcée est souvent signe de surmaturité.

 

 

Lourd et craquelé

 

 

Le melon doit être dense et lourd, ce qui atteste d’un melon juteux avec une forte teneur en sucres apportée par un bon mûrissement. Dans le cas des melons de Cavaillon, un petit craquellement, s’il n’est pas dû à un coup, est également signe d’une forte densité en sucres.

 

 

Dix tranches, pas neuf ou onze

 

 

Selon les producteurs de melon de Cavaillon, il faut être attentif au nombre de tranches délimitées naturellement par les plis de la peau. Si le melon ne compte pas dix tranches, mais neuf ou onze, il y a de fortes chances pour que son goût soit insignifiant. Les tranches doivent être bien marquées par un liseré de couleur vert bleuté bien soutenu.

 

 

Conservation dans un sac au frigo

 

 

Dans le bac à légumes du réfrigérateur, vous pouvez le conserver entre 5 et 6 jours, si possible dans du papier ou dans un sac plastique bien fermé car il risque d’imprégner le réfrigérateur de son odeur. Ne pas oublier de le sortir du réfrigérateur une demi-heure trois-quarts d’heure avant dégustation.

 

 

 

Aurélie Laroche

 

Sources : www.melondecavaillon.com

www.papillesetpupilles.fr

Photo : www.melon-lechapeau86.com

AUCUN COMMENTAIRE