Le retour des steaks végétaux et autres « charcuteries » végétales

0
63
steak vegetal

C’est la fête chez tous les fabricants de steaks végétaux, bacon végétal, lardons végétaux…  Une décision de justice leur rend le droit d’utiliser des termes flirtant avec la charcuterie et la boucherie.

 

C’est une bataille homérique que se livrent les marques de produits végétaux et les producteurs de lait et de viande. En 2017 et 2018, les fabricants de laits végétaux, steaks végétaux, steaks de soja, escalopes de blé, fromages végétaux… avaient été mis KO par les décisions de justice en faveur des intérêts du secteur laitier et de la viande. Interdiction d’utiliser des dénominations évoquant des produits carnés, tels que steak, escalope, jambon, saucisses… En juin 2022, le Gouvernement avait de nouveau signé un décret allant dans le même sens.

 

Lire : Steaks végétaux et laits végétaux en quête de nom

 

 

Marketing et pouvoir nutritif

 

 

Pour les grandes marques de produits végétaux, le coup était rude car tous ces petits noms portent une agréable illusion marketing, celle d’un pouvoir nutritif fort des produits à base de céréales, comparable à celui de leurs rivaux animaux.

 

Mais les cheminements de la justice sont longs et tortueux. Le Conseil d’Etat vient de suspendre le dernier décret en faveur des charcutiers, estimant qu’il remet en cause de façon injuste les intérêts des fabricants de galettes et autres substituts de charcuterie. L’un des arguments du Conseil d’Etat , est de faire remarquer que même si les dénominations étaient strictement encadrées, on ne pourrait pas interdire aux industriels européens de vendre en France leurs steaks végétaux et autres produits, sous la dénomination de leur choix.

 

Herta et Le Gaulois

 

Prochain round, la décision Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). En attendant, les consommateurs tendance veggy continueront à déguster leurs steaks, burgers, galettes, etc. à base de blé, soja et autres céréales. D’ailleurs, cela  ne nuira pas totalement aux intérêts de grandes marques de charcuterie comme Herta ou Le Gaulois qui se sont diversifiés depuis quelques années dans le végétal !

 

Katrina Lamarthe

 

Sources :  Conseil d’Etat