Cancer du côlon et du rectum en mode surveillance

0
272
cancer colon dépistage

Difficile de mésestimer les risques de cancer du côlon et du rectum, l’un des plus répandus en France, cancers en partie liés à une mauvaise alimentation.

 

 

On comptabilise chaque année en France 43 à 45 000 cas de nouveaux cancers du côlon et du rectum, ce qui en fait le troisième type de cancers le plus fréquent. Des polypes adénomateux apparaissent un jour sur les parois internes du côlon et du rectum qui vont dégénérer et laisser place à des cellules cancéreuses. Mal dépistés, ces cancers entraînent environ 17 000 décès par an.

 

La France a mis en place un programme national de dépistage à partir de 50 ans qui permet une détection précoce des débuts de cancer, ce qui améliore très grandement les chances de survie. Lorsque le cancer est identifié à ces tous débuts, on obtient jusqu’à 90% de chances de survie.

 

 

Kit de dépistage

 

 

Tous les deux ans, les centres régionaux de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) invitent les personnes de 50 à 74 ans à consulter leur médecin traitant pour faire évaluer leur niveau de risque de cancer colorectal et, si elles sont éligibles au dépistage organisé, se faire remettre un kit de dépistage. Le dépistage consiste en un test de recherche de trace de sang dans les selles et une coloscopie pour les personnes ayant un résultat positif. Le test immunologique, permet de repérer s’il y a cancer ou non dans 70 à 80 % des cas.

 

 

Des signaux d’alerte

 

 

Certains signes, bien que non spécifiques du cancer, peuvent constituer des alertes. Il s’agit d’épisodes prolongés de diarrhée ou de constipation, de ballonnements, douleurs abdominales, fatigue inexpliquée, perte de poids, présence de sang dans les selles. Averti par le patient, le médecin généraliste va probablement prescrire une coloscopie.

 

 

Régime alimentaire anti-cancer

 

 

Divers facteurs prédisposent aux cancers du côlon : les antécédents familiaux, les graves maladies digestives – maladie de Crohn, inflammations chroniques du système digestif -… L’alimentation est une variable clef, pouvant faciliter l’apparition de cellules cancéreuses ou au contraire, concourir à la prévention. Les aliments carnés (viande rouge, charcuterie…), les aliments frits, et l’alcool sont des aliments bien connus pour favoriser le cancer du côlon. A l’opposé, les aliments riches en fibres, de façon plus générale les fruits et légumes sont protecteurs vis-à-vis des risques de cancer du côlon.

 

Lire : Cancer du côlon et du rectum, le facteur alimentation

 

Eric Allermoz

 

Sources : www.e-cancer.fr

 

 

AUCUN COMMENTAIRE