Le microbiote et l’obésité

0
842
microbiote obésité

Divers travaux confirment les liens entre microbiote intestinale et obésité. La présence de certaines bactéries, dites Bactéroides, et le niveau élevé de l’indice de masse corporelle pourraient être corrélés. 

 

 

Le projet européen Metacardis lancé en 2012 étudie le rôle du microbiote intestinal sur les maladies cardiométaboliques : maladie cardiovasculaire – attaque cardiaque, attaque cérébrale…-,  et/ou diabète. Metacardis regroupe 14 groupes de recherche multidisciplinaire appartenant à six pays européens. Ce projet international qui suit 2 000 patients a mis en évidence une moindre diversité de la flore intestinale  chez les personnes obèses, en comparaison du reste de la population.

 

 

Lire aussi : Microbiote intestinal et maladies liées à l’alimentation

 

 

Des souches moins variées

 

 

Le microbiote  abrite quelques 100 000 milliards de bactéries (soit dix fois plus que le nombre de cellules du corps !) réparties entre de nombreuses familles (souches). Les souches bactériennes retrouvées dans l’intestin de personnes atteintes par l’obésité sont moins variées que chez les personnes non obèses. Il semble que cet appauvrissement s’aggrave avec l’obésité.

 

 

Les Bactéroides et l’inflammation

 

Divers travaux scientifiques ont par ailleurs mis en évidence un lien entre la présence de certaines bactéries (famille des Bactéroides) au sein du microbiote avec diverses maladies inflammatoires (maladies chroniques de l’intestin, sclérose en plaques…). Ce point ramène à la question de l’obésité, le plus souvent associée à une situation inflammatoire généralisée.

 

 

Des statines aux effets bénéfiques

 

 

Sans qu’on puisse indiquer de lien de causalité, on observe bien une corrélation entre la prévalence des fameuses bactéroïdes dans le microbiote intestinal, l’indice de masse corporelle des personnes et l’inflammation systémique de leur organisme. Incidemment, les chercheurs ont découvert que les personnes obèses qui suivaient un traitement hypocholestérolémiant, à base de statines (en prévention des complications cardiovasculaires) avaient un microbiote intestinal plus semblable à des personnes Lambda.

 

Une fois de plus, le microbiote intestinal promet de grandes découvertes en matière de santé et en particulier, de diverses affections cardiovasculaires en partie liées à l’alimentation.

 

JC Nathan

 

Source : www.inserm

Photo : Pileje

 

 

AUCUN COMMENTAIRE