Cholestérol, adapter son alimentation

0
316
cholesterol beurre

En adaptant son alimentation, on peut influer sur le paramètre cholestérol, et réduire un taux de cholestérol LDL trop élevé et source de risques cardiovasculaires.

 

 

Un taux élevé de cholestérol dans le sang est en partie lié à un dérèglement du métabolisme, bien plus qu’à l’alimentation. En effet, l’essentiel du cholestérol qui circule dans notre sang provient de notre organisme, en majorité de notre foie (le foie produit mais aussi élimine le cholestérol).  Ce cholestérol est indispensable pour le fonctionnement de nos cellules, la synthèse d’hormones stéroïdiennes, la vitamine D

 

 

Maîtrise du cholestérol

 

 

Mais il est nocif d’avoir trop de cholestérol acheminé par des lipoprotéines LDL (Low Density Lipoprotein) et non utilisé par les cellules. Au-dessus d’un taux de 1,6 g par litre, il y a début d’hypercholestérolémie, et à terme risques cardiovasculaire. Pour maîtriser ce cholestérol, il s’agit moins de supprimer toutes les sources de cholestérol alimentaire (laitages, beurre, oeufs…) que de « mieux se nourrir ».

 

 

Graisses cuites, acides gras saturés, acides gras trans

 

 

Une alimentation équilibrée passe par l’élimination des graisses cuites, une forte limitation des acides gras saturés (qui ont tendance à aggraver le cholestérol total et le LDL. Cela veut dire une modération sur le lait, les fromages gras, le beurre, mais aussi la viande rouge, la charcuterie, certaines huiles (huile de palme). Autre ennemi à bannir, les acides gras trans : les aliments contenant des huiles hydrogénées (biscuits, pâtisserie industrielle), les fritures (frites, beignets, nuggets, panés…)…

Il faut aussi mettre un sérieux bémol sur les sucres et les aliments à indice glycémique élevé (produits raffinés, céréales du petit déjeuner, pommes de terre au four..)

 

 

Monoinsaturés, polyinsaturés

 

 

A contrario, il est recommandé de privilégier les acides gras mono-insaturés (oléagineux), les acides gras polyinsaturés, c’est-à-dire les aliments riches en oméga 6 (huile d’olive) et en oméga 3 (poissons gras, huile de noix, huile de colza…). Les acides gras monoinsaturés ont la capacité de diminuer le « mauvais cholestérol ». De même, les phytostérols (stérols d’origine végétale) contenus notamment dans certains végétaux ou huiles (soja, maïs..) participent aussi à une baisse du cholestérol.

 

 

Fibres solubles

 

 

Autre apport bénéfique, les aliments riches en fibres solubles (avoine, orge, légumineuses…), les aliments riches en antioxydants (fruits et légumes colorés) etc.  vont participer à l’équilibre du taux de cholestérol. Comme l’ont remarqué les spécialistes, le régime méditerranéen correspond dans les grandes lignes au type d’apports recommandé.

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

www.medicatrix.be

 

AUCUN COMMENTAIRE