Femmes enceintes : attention aux compléments alimentaires

0
117
femmes enceintes complements

Les femmes enceintes ne doivent pas prendre de compléments alimentaires sans avis médical.

 

Les femmes enceintes ont souvent la tentation d’améliorer leurs apports en vitamines et en minéraux, en particulier lors du troisième trimestre de grossesse, afin d’aider leur organisme. Ce n’est pas une bonne idée, estime l’Anses, l’autorité sanitaire française, qui a signalé ces dernières années de nombreux cas d’effets indésirables liés aux compléments alimentaires.

Il faut dire que la tentation est forte. Les laboratoires redoublent d’imagination et sortent en permanence des compléments alimentaires, auréolés d’une séduisante image santé. Les cocktails « spécial grossesse » semblent d’autant plus indispensables que la future mère imagine son organisme à bout de ressources (une vision simpliste et fausse) Or, l’autoprescription, réalisée sans connaissance médicale, peut générer des risques de surconsommation.

 

 

Le risque d’hypercalcémie

 

 

L’un des risques identifiés est ce que l’on appelle l’hypercalcémie (du futur nourrisson ou de la mère) liée à une trop forte prise de vitamine D. Dans le cas général, ce risque est faible voire inexistant. Mais il existe pour les femmes et les nourrissons présentant une hypersensibilité génétique à la vitamine D.  L’hypercalcémie est l’augmentation de la concentration du calcium dans le sang c’est-à-dire la calcémie, au-dessus des limites de la normale. Elle peut entraîner diverses pathologies, dont des troubles neuropsychiques.

 

 

Surconsommation de vitamine A et vitamine E

 

 

La surconsommation maternelle de vitamine A expose le bébé à des malformations. La supplémentation en vitamine E (une pratique courante chez les femmes enceintes) est également dangereuse. Une surconsommation aggrave le risque chez l’enfant de futures maladies coronariennes. Certains compléments alimentaires, par exemple à base de levure de riz rouge, est déconseillé.

 

 

Les molécules franchissent la barrière placentaire

 

 

Il y a deux raisons essentielles à la prudence vis-à-vis des compléments alimentaires quand on est enceinte. Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que les différentes substances et molécules franchissent la barrière placentaire et donc atteignent le foetus. Ensuite, l’effet cocktail des molécules absorbées peut se révéler dangereux.

 

 

En réalité, les femmes enceintes devraient plutôt se focaliser sur un régime équilibré et diversifié qui apporte au corps tout ce dont il a besoin. Seule la supplémentation de vitamines B9 (acide folique) et de vitamine D est préconisée par le Collège des gynécologues-obstétriciens français et la Haute Autorité de Santé (HAS), mais bien sûr dans le cadre d’un suivi médical.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : www.anses.fr

www.parents.fr

AUCUN COMMENTAIRE