Le coronavirus, risque alimentaire ou non

0
6650

L’émergence d’un coronavirus en Chine provoque une forte inquiétude jusque dans les foyers en France. Retour sur des notions essentielles pour ne pas exagérer les risques de contamination.

 

 

Les coronavirus (virus en forme de couronne) appartiennent à une grande famille de virus qui infectent surtout les animaux, et dans des formes moins fréquentes, l’homme, provoquant des infections digestives et des problèmes respiratoires. Certains coronavirus sont bénins et n’entraînent que des rhumes, d’autres comme le Sras, détecté en Chine en 2002, sont fortement pathogènes.

 

 

Sur un marché d’animaux

 

 

Le virus apparu en Chine a été baptisé 2019-nCoV. Il a été détecté sur le marché de Wuhan, dans le centre du pays. Sur ce marché se vendent de nombreux animaux dont des animaux sauvages, des oiseaux, des serpents, des lapins… Les scientifiques font l’hypothèse que le virus a été transmis par les animaux, puis qu’il y a eu ensuite transmission humaine.

 

 

Détresse respiratoire

 

 

Les symptômes de l’infection sont la fièvre et des signes respiratoires (toux, essoufflement). Dans les cas sévères, le patient peut présenter une détresse respiratoire aiguë ou une insuffisance rénale aiguë. La maladie se transmet lors de contacts très proches par des postillons (éternuements, toux).

 

 

Attention aux aliments crus

 

En France, les citoyens se posent la question d’une éventuelle transmission par les aliments, sachant que de nombreux produits alimentaires chinois sont importés et consommés en France.  La question n’est pas sans objet. « La consommation de produits animaux peu ou pas cuits, incluant le lait et la viande, présente un risque important d’infection par une grande variété d’organismes susceptibles de causer des maladies chez l’Homme », répond le ministère de la Santé. On peut y ajouter le poisson et les fruits de mer.

 

 

La cuisson tue les virus

 

 

La règle de prudence est donc de consommer des aliments bien cuits s’ils proviennent de Chine, car la cuisson tue les virus. Quant à la transmission uniquement en touchant un objet importé de Chine, le risque est quasi-nul compte tenu de la faible durée de vie du virus (quelques heures sur une surface sèche).

 

 

Quatre cas en France

 

 

Reste la question d’un début d’épidémie en France suite au retour de personnes porteuses du virus à leur insu. Il est à relativiser. Au 29 janvier, quatre cas de personnes infectées au coronavirus nCov 2019 ont été repérées. Les autorités sanitaires sont sur le pied de guerre et prêtes à isoler tous les nouveaux cas, via notamment le service du Samu.

 

Dernière précision, le port du masque n’est pas reconnu comme une mesure de sécurité efficace.  Inutile de se précipiter à la pharmacie pour en acheter.

 

JC Nathan

 

Sources : www.medisite.fr

solidarites-sante.gouv.fr

 

AUCUN COMMENTAIRE