Une protéine impliquée dans l’obésité

0
439
souris gene obesite

souris gene obesiteUne protéine pourrait jouer un rôle clef dans la régulation du taux de cholestérol, la prise de poids et/ou l’obésité, le stockage de graisses.

 

Une protéine (BAHD1), en intervenant sur le fonctionnement de certains gènes, participerait directement aux mécanismes de régulation du taux de cholestérol et de la prise de poids et/ou obésité. C’est la découverte récente faite par des chercheurs de plusieurs laboratoires (Institut Pasteur, Inserm, CNRS,Université de Cambridge) qui relance la « piste génétique » pour traiter le surpoids dans le monde.

 

Epidémie d’obésité

 

On compte actuellement plus de 600 millions d’adultes atteints d’obésité, soit un doublement du nombre de cas depuis 1980. On commence à parler d’épidémie. Les causes sont d’ordre environnemental (manque d’activité physique, mauvaise alimentation, sédentarité), mais aussi génétiques (et donc héréditaires) comme l’attestent de nombreuses découvertes scientifiques.

 

Des souris plus maigres sans la protéine

 

Pour mettre en valeur le rôle de la protéine BAHD1, les chercheurs ont « produit » des souris dépourvus de cette protéine ou gène. A la naissance, ces souris sont plus petites. Elles rattrapent ensuite en taille les souris dotées de ce gène, mais restent plus maigres. Leur taux de cholestérol sanguin, leur glycémie, et leur masse graisseuse sont plus faibles.

 

Rôle dans le stockage de graisses

 

Cette recherche a mis en évidence que BAHD1 modifie l’expression de gènes importants dans le contrôle du cholestérol, des hormones stéroïdiennes, des lipides et des sucres. Par le biais d’autres phénomènes complexes  dits épigénétiques (influences de l’environnement et de l’histoire individuelle sur l’expression des gènes), la protéine jouerait un rôle crucial dans le stockage ou la consommation d’énergie dans l’organisme (donc de graisses). Les chercheurs estiment que ces travaux pourraient ouvrir la voie à de nouvelles thérapies contre l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

 

JC Nathan

 

Sources : www2.cnrs.fr

 

Photo : © Bigplankton, Wikimedia Commons, DP (in www.futura-sciences.com)

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE