Viande, cancer et antioxydants

0
881
viande cancer

La viande rouge et la charcuterie sont facteurs de cancer. Ce risque lié à la présence de fer héminique peut être contrebalancé par les antioxydants des légumes.

 

La consommation de viande rouge et de charcuterie augmente le risque de cancer colorectal et peut-être même du cancer du sein. C’est un fait attesté. Les personnes consommant 100 g par jour de viande rouge et de charcuterie ont un risque de cancer colorectal plus élevé de 20%. Un quart des cancers colorectaux sont dus aux produits carnés. Lire : Viande, alimentation et cancer colorectal. La raison scientifique commencé à être connu.  C’est le fer des aliments (fer héminique) qui est en cause. Le fer agit sur les lipides insaturés (par effet de péroxydation) et créé des molécules (aldéhydes) qui tuent les bonnes cellules (effet cytotoxique) et facilitent les mutations, ouvrant la voie aux cellules cancéreuses, a expliqué une équipe de l’Inra de Toulouse (UMR1331 ToxAlim Toxicologie Alimentaire).

 

Le fer, nutriment à risque

 

Le fer héminique (celui présent dans les produits carnés) est donc un fer très bien assimilé et très intéressant sur le plan nutritionnel, mais également « à risque ». Dans un pays comme la France, où l’élevage est un secteur fort de l’agriculture, pas question de porter trop atteinte à la consommation de viande et aux habitudes alimentaires. Les pouvoirs publics et les différentes filières concernées ont donc demandé aux scientifiques de trouver une parade pour limiter ce risque spécifique de cancer.

 

Riche en antioxydants

 

La solution semble résider dans la consommation d’antioxydants naturellement présents dans les fruits et légumes (vitamine E, polyphénols, caroténoïdes…). Diverses études expérimentales et épidémiologiques confirment qu’une alimentation riche en fruits et légumes, donc en antioxydants réduit les risques carcinogènes liés à l’apport élevé de fer héminique. Les scientifiques réfléchissent à la possibilité d’enrichir la charcurerie en vitamine E ou l’alimentation du bétail en antioxydants afin d’obtenir une viande « moins à risques ». Lire aussi : L’alimentation qui réduit le risque de cancer

 

JC Nathan

Source :

http://www.inra.fr

Photo : 123RF

 

AUCUN COMMENTAIRE