Végétarien mais pas triste

0
141

Versailles(78), le potager de Roi à la fin de l'automne

Vous aimeriez devenir végétarien mais vous craignez la lassitude de repas sans viandes ? Détrompez-vous. Il suffit de faire preuve d’un peu de créativité. Deux ou trois pistes pour repensez votre alimentation sans devenir neurasthénique.

 

Combinaisons protéinées

 

Un consommateur « omnivore » compose le plus souvent son repas autour de la viande. Le végétarien, lui, choisit une céréale ou une légumineuse comme aliment principal, source de protéines et de satiété. Petit rappel : les féculents ne se cantonnent pas aux pâtes ou au riz. Piochez dans les grandes familles de légumineuses (haricots blancs, pois cassés, graines de soja…), de graines (blé, millet, épeautre, sarrasin.. ) et de tubercules ( pommes de terre, patates douces… ). Les combinaisons suffisamment riches en protéines sont innombrables.

 

Comme un jeu

 

La cuisine végétarienne peut se concevoir comme un jeu. Pour éviter les pièges de la répétition, fixez-vous des défis. Par exemple, ne jamais manger deux fois la même céréale pendant une semaine. Ou encore, consommer trois légumes verts différents par jour. Tout naturellement, vous allez ainsi rechercher des « nouveautés » du côté des légumes oubliés ou exotiques : salades d’algues, tofu, soja, quinoa. Petit à petit, osez des produits un peu plus « mystérieux » :  azuki (petit haricot rouge savoureux), kamut  (ancienne variété de blé très riche en énergie )…

 

Les temples du végétarisme

 

Les supermarchés proposent quelques produits à consonnance végétarienne : steaks de tofu, hoummous, tzatziki, caviar d’aubergine… Mais vous en aurez vite fait le tour. En comparaison, les épiceries bio ou les magasins spécialisés sont les cavernes d’Ali Baba du végétarisme. Vous y découvrirez une diversité que vous ne soupçonniez pas. Par exemple, des « supers fruits », souvent exotiques, comme le kiwaï, le tamarin ou la pomme malacca, source de vitamines et de minéraux variés . Ou encore, un large éventail de produits riches en protéines : laits d’amande, de riz, de soja, des algues comme la chlorelle, la spiruline, ou la laitue de mer.

 

 

Détecter les plats végétariens

 

Certains de vos plats préférés ne comportent pas de viande : quiches aux légumes, tarte à la tomate, taboulé, risotto, omelette, pâtes… Cuisinez-les autant que vous en avez envie et variez leur approche. Au restaurant ou à la cantine, glissez simplement vers le non carné. Dans une crêperie, dédaignez la galette complète pour une galette aux champignons et à la crème. A la pizzeria, troquez la Reine contre une Trois fromages. Au resto japonais, oubliez les sushis, testez les makis de riz et de légumes ou les rouleaux de printemps.

 

Un dessert pour équilibrer le repas

 

Gâteaux, crêpes, crèmes, participent aussi à l’équilibre du repas végétarien !  Source de glucides, les desserts vont éventuellement contribuer à l’apport en nutriments. Pensez à des farines plus riches en fibres (farine de seigle ), en protéines ( farine de petit épeautre), ou en vitamines ( farine de kamut).

 

Hortense Allain-Launay

 

Publié le 14 juin 2013

Crédit photo : Gilles Rigoulet

 

A lire sur le site :

Faut-il être végétarien ?

Manger autrement de la viande

 

Sources :

Mon premier dîner végétarien, Alice Hart, Marabout
Cuisinons les protéines végétales, Emanuelle Aubert, Courrier du livre
http://www.consoglobe.com
http://www.vegplanete.com

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE