L’acidification des océans : impacts sur la faune

0
271
océans acidification

océans acidification

L’aggravation de l’acidification des océans est une mauvaise nouvelle pour l’environnement, pour la vie marine et les ressources alimentaires de la planète.

 

Un rapport scientifique récent confirme la forte augmentation de l’acidification des océans : +26% en moyenne depuis deux siècles. Le pH de la mer baisse et donc l’acidification augmente car les océans absorbent un quart des émissions de CO2 émises par l’activité humaine, rappellent les chercheurs qui ont présenté leur rapport début octobre, à Pyeongchang (Corée), à l’occasion de la 12e conférence de la Convention sur la diversité biologique.

 

Concentration de dioxyde de carbone

 

Activités humaines, émissions de dioxyde de carbone, réchauffement de la planète, acidification des océans sont des phénomènes imbriqués aux conséquences environnementales très fortes. En dépit des atermoiements de la communauté internationale, les émissions de CO2 continuent à croître. Selon le dernier bulletin de l’OMM (Organisation météorologique mondiale), la concentration de dioxyde de carbone, en hausse de 0,74 % en 2013, atteint un niveau record. L’atmosphère contient 1,42 fois plus de CO2 qu’il y a 250 ans.

 

Moindre absorption de CO2

 

Premier effet de l’acidification des océans, la moindre capacité d’absorption de CO2 par la mer. Cette capacité a déjà diminué de 30% environ par rapport à l’ère pré-industrielle. Elle pourrait chuter très fortement d’ici à la fin du siècle, aggravant la question des gaz à effet de serre.

 

La faune marine en danger

 

Le taux d’acidité des océans a un effet délétère sur divers organismes marins (coraux, mollusques, étoiles de mer, oursins, concombres de mer… en particulier les organismes à coquille (huitres, moules…). Selon les scientifiques, cet impact négatif de l’acidification se fait déjà sentir dans l’aquaculture du nord-ouest des Etats-Unis ou sur la culture d’huîtres. Autre point noir, les risques pesant sur les barrières de coraux des zones tropicales, essentiels pour l’équilibre de la faune marine et la survie de centaines de millions de personnes.

 

Les requins et les raies

 

Parmi les dommages collatéraux de l’excès d’émissions de CO2 et de l’acidification des océans, on trouve également les requins et les raies, animaux cartilagineux. La capacité des requins à voir et à repérer les impulsions magnétiques de leurs proies dans des eaux plus acidifiées serait altérée. Leur survie serait donc menacée. Lire aussi Protéger les requins : une urgence pour les océans

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

L’acidification des océans aura d’importantes conséquences pour la biodiversité. Stéphane Foucart.

Le Monde.fr  08 octobre 2014

www.lemonde.fr

www.futura-sciences.com

www.meltydiscovery.fr

 

Photo : Tiago Fioreze. Wikimedia Commons

 

 

AUCUN COMMENTAIRE