Les pêcheurs, les quotas de poissons et le consommateur

0
59
pêcheurs quotas

pêcheurs quotasLes scientifiques tentent de protéger les espèces, la Commission veut réguler les prises et fixer les quotas, les pêcheurs veulent survivre, et le consommateur aimerait  comprendre.

 

Début décembre, des pêcheurs ont manifesté à Dunkerque, Nantes, La Rochelle, mais aussi à Calais, Lille… pour protester contre la baisse de certains quotas de poisson pour 2015, en particulier ceux de la sole que la Commission européenne s’apprête à réduire fortement.

 

Les scientifiques et la Commission

 

Chaque année, la Commission européenne fixe des limites de pêche sur la plupart des espèces (TAC : totaux admissibles de capture). Des organismes scientifiques comme le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) ou le Comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) font des recommandations. Ensuite, la Commission attribue à chaque pays des quotas nationaux. Lorsqu’un quota est atteint, le pays doit interrompre la pêche concernée.

 

Situation tendue sur la sole

 

Avant que la Commission tranche, chaque pays vient défendre son dossier. Pour l’année 2014, la  délégation française avait réussi à maintenir les quotas sur le lieu jaune, le merlan, la limande-sole (la cardine), la julienne (lingue). La France avait même réussi à obtenir une augmentation de 15 % du quota sur le maquereau et de 49 % pour le merlu. Mais sur la sole, espèce phare du golfe de Gascogne (de Belle Ile à Arcachon) et de la Manche ouest, la situation avait commencé à se tendre. Les pêcheurs français avaient eu beaucoup de mal à défendre leur quota de 4100 tonnes (il avait été réduit de 300 tonnes).

 

Choc social et économique

 

Si la Commission retenait pour 2015 l’hypothèse de protection maximale, avec un quota sur la sole en baisse de 60%, le manque à gagner pour les pêcheurs français pourrait se chiffrer en dizaines de millions d’euros et en centaines d’emplois.  Une question sociale et économique difficile à concilier avec une approche environnementale. Lire aussi : Poissons à consommer avec prudence.

 

JC Nathan

 

Sources : http://ec.europa.eu

http://wwz.ifremer.fr

http://www.lemarin.fr

Photo :  Lionel Flageul pour Le Marin

AUCUN COMMENTAIRE