Bébé, passer de la purée aux morceaux

0
191
purée bébé

  Avec les bébés, il ne faut pas rester trop longtemps au stade de la purée. Telle est la conclusion d’une recherche réalisée par l’Inra sur l’alimentation des très jeunes enfants.

 

 

Du biberon aux aliments à mastiquer, l’apprentissage de l’alimentation est une lente initiation. Au départ, le nourrisson ingurgite uniquement du lait (biberon, sein). Vers 4 à 6 mois, on commence à diversifier son alimentation avec divers produits (fruits, légumes, produits céréaliers, viandes, poissons, œuf) généralement préparés en purées.

 

 

Introduire des morceaux

 

 

Toute la question est de savoir à partir de quand introduire des morceaux : un an, 18 mois, deux ans ? Les recommandations officielles sont peu précises. Il semble que si l’on tarde trop, les jeunes enfants seront plus enclins à des refus alimentaires à 18 mois et à des moindres consommations de fruits et légumes dans leur jeunesse.

 

 

Textures variées

 

 

Des chercheurs de l’Inra, en partenariat avec la marque Blédina, ont testé la réaction des très jeunes enfants (six, huit, dix mois) quand on leur présente des aliments avec des textures variées. On a offert aux bébés des purées lisse ou granuleuse, des petits morceaux de légumes cuits ou crus, des petits morceaux de viande, des pâtes, du muesli, des morceaux collants (banane et brie), des plats bébé du commerce), des morceaux de pain et biscuit)….

 

 

Purées granuleuses

 

 

L’expérience est novatrice car à cet âge précoce, les enfants sont rarement confrontés à des aliments en morceaux à cet âge précoce. Résultat des tests ? Les purées granuleuses avec ou sans petits morceaux mous ont été très bien acceptées dès 6 mois par les bébés. Les enfants les ont consommés par succion. Entre 6 et 18 mois, les enfants ont appris progressivement à mastiquer, ce qui leur aura permis d’accepter de mieux en mieux des morceaux mous, collants et le pain, les légumes et fruits crus.

 

 

Diversification alimentaire

 

 

Néanmoins, un certain temps d’apprentissage reste incompressible. Dans l’expérience de l’Inra, ce n’est qu’à 15 mois que la majorité des enfants acceptaient de se « frotter » aux aliments les plus durs (quignon de pain, biscuit pour bébé…) et passaient progressivement de la succion à la mastication.

Conclusion générale, les enfants les enfants acceptent – en petite quantité – la plupart des textures proposées à un âge beaucoup plus précoce que ce que l’on pense habituellement. Une nouvelle piste qui pourrait permettre de faciliter l’apprentissage de la diversification alimentaire.

 

 

Katrina Lamarthe

 

 

 

Source : Inra.fr

Quand les jeunes enfants apprennent à manger une grande variété de textures

photo : naitreetgrandir.com

 

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE