Les matières grasses, facteur de cancer

0
237
acides gras saturés

Les matières grasses sont fortement suspectées depuis quelques années de favoriser l’apparition de cellules cancéreuses.

 

 

Matière grasses et cancers ? Les liens sont suggérés par nombre de scientifiques. En 2016, une étude publiée par le magazine Nature, mettait en évidence les liens entre une alimentation riche en matières grasses et un risque de cancer intestinal. Des souris soumises à un régime riche en lipides étaient plus susceptibles de développer des cellules cancéreuses.

 

Lire aussi : Cancer et nutrition, des liens avérés

 

 

Cellules intestinales et mutations

 

 

Le phénomène passait par l’activation de cellules souches intestinales. Or ces cellules à très grande durée de vie, ont une propension à cumuler des mutations débouchant sur un cancer de l’intestin.  La responsabilité des gras saturés ne s’arrêterait pas là. Les gras pourraient faciliter d’autres formes de cancer tel que celui de la prostate.

 

 

Gras saturés et cancer de la prostate

 

 

En 2016, une étude présentée à l’occasion du congrès de l’American Academy for Cancer Research, tendait à démontrer que les acides gras saturés accéléraient l’avancée du cancer de la prostate, en particulier dans ses manifestations les plus agressives. L’une des pistes d’explications serait que les gras saturés inhiberaient dans les cellules des gènes connus pour ralentir la progression des métastases. Un cycle d’hyperactivation du métabolisme des lipides s’initierait favorisant l’activation des métastases.

 

Au fil des ans, les études accumulent les indices d’une responsabilité des gras saturés dans l’apparition de cellules cancéreuses. A cet égard, il est intéressant de faire le parallèle entre le rôle négatif des acides gras saturés et le rôle bénéfique des « bons acides gras », les acides gras polyinsaturés, qui auraient un effet préventif vis-à-vis des cancers.

 

 

Aurélie Laroche

 

 

Sources :

Sciences et avenir : Cancer de la prostate : les acides gras saturés responsables de formes plus agressives ?

 

Chen M et coll. An aberrant SRE- BP-dependent lipogenic program promotes metastatic prostate cancer. Nature Genet. 2018 ; 50 : 206-218.

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE