Bye bye Monsanto, hallo Bayer

0
90
Bayer fusion Monsanto

Monsanto ne sera bientôt qu’un lointain épouvantail pour les défenseurs de l’environnement. Avec le rachat par le groupe allemand Bayer, la marque du géant américain de l’agro-chimie disparaît. 

 

 

Ces vingt dernières années, le nom de Monsanto est devenu le symbole de menaces et de dommages à l’environnement, la part obscure de la chimie mondiale. L’américain est devenu pour les « écolos » l’ennemi à abattre numéro un, tant en raison de ses activités dans les phytosanitaires que celles dans les OGM.

 

 

Accidents, tricheries, scandales sanitaires

 

 

Rarement une marque aura suscité autant d’antipathie, voire de détestation. Ce rejet n’est pas sans fondements. Au fil du XX° siècle, ce petit producteur de saccharine né en 1901 à Saint-Louis, était devenue un mastodonte de l’agro-chimie pesant environ 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires. En un siècle, la firme a cumulé les accidents, les tricheries et les scandales sanitaires.

 

 

Dioxines, PCB, Agent Orange, Roundup, OGM

 

 

La liste de ses faits de gloire est impressionnante : deux usines parties en fumée dans les années 1940, avec largage de dioxines et PCB (polychlorobiphényles) hautement toxiques et cancérigènes; la fabrication à grande échelle de l’agent Orange, un défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam qui causera des millions de cancers et malformations; la dissémination à très haute échelle du Roundup, herbicide suspecté de graves dommages pour l’environnement et la santé… Et bien entendu, les plantes génétiquement modifiées : maïs, soja, colza, coton….

 

 

Les OGM de la planète

 

 

L’entreprise produisait la quasi-totalité des OGM de la planète. Sans qu’on ait jamais rien prouvé concernant d’éventuelles incidences sur la santé humaine, on sait au minimum que les plantes génétiquement modifiées ont une fâcheuse tendance à faire émerger des résistances aux herbicides et aux insecticides, et à ne pas produire les rendements agricoles promis.

 

 

La capacité de lobbying de Bayer

 

 

 

Avec la reprise par Bayer, et l’abandon du nom Monsanto, le Roundup ne va pas disparaître, pas plus que les céréales et plantes OGM. Les années à venir vont dire si Bayer emploie ou non les mêmes armes que Monsanto (études faussées, procès, pressions sur les médias…). Mais on peut continuer à craindre la capacité de lobbying d’une multinationale qui dans sa nouvelle configuration pèse une vingtaine de milliards d’euros de chiffre d’affaires.

 

JC Nathan

 

Sources : www.lemonde.fr

www.lefigaro.fr

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE