Faux croissants et vrais surgelés

0
142
croissants surgelés
faux croissants surgeles

Les vrais croissants concoctés durant la nuit par le boulanger pâtissier sont beaucoup plus rares que ce que l’on croit. Une tromperie du consommateur qui devrait cesser.

 

Qui fait encore des vrais croissants ?  Quand mangeons-nous des bonnes viennoiseries faites maison ? Pas si souvent que cela. C’est devenu un secret de Polichinelle. Une majorité des boulangeries et pâtisseries se contentent de mettre au four des produits surgelés prêts à cuire, voire simplement à réchauffer. 

 

 

Même les tartes

 

 

Ce n’est pas uniquement le cas des viennoiseries. Les pâtisseries dites à l’américaine (muffins, brownies, donuts…) sont également de plus en plus souvent réalisées à base de préparations industrielles. Même les tartes et les gâteaux type éclair peuvent être semi-industriels.

 

 

Le prêt à cuire, de fortes marges

 

 

Les industriels de la pâtisserie-boulangerie (Transgourmet, Neuhauser, Coup de Pâtes, Grands Moulins de Paris…) redoublent d’innovations et de propositions pour séduire les petits artisans et les faire renoncer à la fabrication artisanale. Ces mêmes artisans sont d’ailleurs vite convaincus des avantages du prêt à cuire tant ils vont économiser de temps et pouvoir marger fortement sur les produits.

 

Lire aussi : Pain au chocolat ou chocolatine

 

 

Problème de qualité de produit et de santé

 

 

De plus, on trouve de moins en moins d’artisans formés aux métiers de la pâtisserie et prêts à se plier aux lourdes contraintes du métier. Le problème est que la qualité du produit varie sensiblement entre une version maison, à base de beurre, et une version surgelée industrielle, à base d’huile de palme, de margarine et autre. Au passage, il y a inévitablement une incidence santé, les aliments industriels incorporant des acides gras trans technologiques très déconseillés. 

 

 

Viennoiseries, aucune législation

 

 

 Depuis trois ans, un boulanger de Nice, Frédéric Roy, a mis les pieds dans le plat pour demander que le consommateur soit dûment informé de ce qu’il achète. Il demande que l’on affiche si les produits sont réalisés « maison » ou non, comme cela est rendu obligatoire pour le pain.   Car pour pouvoir arborer l’enseigne « boulanger », il faut obligatoirement pétrir, façonner, cuire sur place le pain. L’utilisation de matières surgelées est interdite. Mais aucune législation  n’est imposée pour les viennoiseries. 

 

Lire aussi : Tous les pains

Pour l’heure, la colère du boulanger de Nice n’a pas été suivie d’effet du côté de l’administration. Le consommateur est régulièrement abusé sur la marchandise qu’il croit acheter. 

 

Sources :

capital.fr

L’express

https://www.capital.fr/conso/patisseries-attention-votre-artisan-vous-vend-sans-doute-du-surgele-1262049

https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/comment-reconnaitre-une-viennoiserie-industrielle-d-une-artisanale_1828498.html

AUCUN COMMENTAIRE