Choisir la gelée royale

0
2826
produits ruche gelee royale

La gelée royale est un complément alimentaire précieux en période de fatigue, en particulier au moment des changements de saison. Encore faut-il bien la choisir.

 

La gelée royale est produite par les jeunes abeilles ouvrières, âgées d’à peine quelques jours, à l’aide de glandes situées dans leur tête (glandes hypopharyngiennes et mandibulaires). Cette substance gélatineuse blanchâtre sert à nourrir les jeunes larves à la naissance, mais aussi la reine de la colonie tout au long de sa vie.

 

Depuis l’Antiquité, la gelée royale est considérée comme un produit exceptionnel. Selon les recherches contemporaines, ce produit présente une liste de qualités impressionnante : antioxydant, antibactérien, antiviral, antifatigue, anti-âge, bénéfique pour l’activité cérébrale et l’humeur, anti-Alzheimer…

Lire : Gelée royale, nourriture de reine

 

 

Elle peut être conservée dix-huit mois au frais

 

 

Les apiculteurs récoltent cette manne précieuse (la ruche en produit de très petites quantités à la fois) et la placent au frais. « La gelée royale peut-être conservée dix-huit mois au frais ou doit être lyophylisée après récolte », explique Nicolas Cardinault, scientifique spécialiste des produits de la ruche, dans Soignez-vous avec les produits de la ruche (Thierry Souccar Editions). Dans tous les cas, il faut conserver cette gelée dans un contenant protégeant de l’humidité pour préserver ses qualités nutritionnelles, avertit le scientifique.

Lire : Nicolas Cardinault, expert en pollen

 

 

Un large éventail d’acides aminés, de minéraux et d’oligo-éléments

 

 

Que contient la gelée royale : de l’eau (60 à 70%), des glucides (9 à 23%), des protides (13 à 17%), des lipides  (4 à 8%) dont certains acides gras rares, des minéraux et oligo-éléments (1,5%), des vitamines (principalement du groupe B, en particulier de la vitamine B5). L’éventail des acides aminés apportés par les protéines est très large. De même que la richesse d’oligoéléments et de minéraux (magnésium, zinc, sélénium, cuivre, fer, potassium, phosphore, sodium, soufre, calcium…).

 

Selon Nicolas Cardinault, la qualité de la gelée royale dépend de plusieurs facteurs : le mode d’élevage des abeilles, le stockage de la gelée, etc… Si les abeilles ont été « boostées » par l’apiculteur avec des compléments alimentaires, la gelée royale aura une teneur en sucres plus élevée et sera moins riche en nutriments.

Autre variable, la conservation. Mal stockée (à une température de +5°), ses protéines vont se dégrader progressivement. Un indice important, la couleur. La gelée royale doit être d’un blanc nacré. Plus elle est jaune, plus elle a vieilli. Sa saveur doit être douce.

 

 

Provenance Chine : la question des antibiotiques

 

 

Une très grosse proportion de gelée royale vendue en France provient de Chine et de pays de l’Est. Dans ces pays, la règlementation concernant l’usage des antibiotiques (utilisés pour combattre les multiples infections dont sont victimes les ruches) est moins stricte qu’en France, ce qui peut induire des taux de contamination élevés de la gelée royale. Le réflexe « Achetons Français » est semble-t-il assez légitime.

 

 

Label Gelée Royale Française

 

 

Autre question à se poser : fraîche ou congelée ?  Les producteurs européens estiment que les cycles congélation – décongélation altèrent les protéines et préconisent un stockage entre +2 et + 5°C, cela sur une durée de 18 mois maximum. Les apiculteurs français ont élaboré une charte, sous le label Gelée Royale Française », qui garantit notamment qu’elle a été bien conservée au froid entre +2° et +5°C de la récolte à la vente; qu’elle n’a pas été congelée, ni lyophilisée, ni transformée. Les puristes choisiront de la gelée bio qui garantit les zones de butinage des abeilles ou l’absence de tout traitement chimique de la ruche.

 

Un bon indicateur de qualité est le prix. Une bonne gelée royale est chère. Comptez par exemple, 17,50 euros pour un petit pot de 25 grammes de gelée royale bio non congelée. A conserver au frigo. En général, on fait des cures d’une vingtaine de jours, avec une prise directe sublinguale, le matin à jeun.

 

Aurélie Laroche

 

Sources : http://www.geleeroyale-info.fr

Soignez-vous avec les produits de la ruche. Nicolas Cardinault. Thierry Souccar Editions. 4° trimestre 2016.

 

AUCUN COMMENTAIRE