Du porc OGM aux Etats-Unis

0
185
porc ogm

Un porc génétiquement modifié autorisé à la consommation aux Etats-Unis. C’est la seconde grande percée des animaux génétiquement modifiés aux Etats-Unis après le saumon transgénique.

 

Du porc OGM bientôt dans les assiettes des consommateurs américains ? Le 14 décembre 2020, la Food and Drug Administration (FDA), l’autorité sanitaire américaine, a donné son accord pour élever et donner à consommer des cochons génétiquement modifiés.  Les autorités publiques américaines se félicitent de cette avancée scientifique.

 

Lire aussi : Du saumon transgénique dans les assiettes

 

 

Du sucre alpha-gal dans la viande

 

 

Ce porc se nomme GalSafe. Il a été mis au point par la société Revivicor (groupe United Therapeutics Corp). Les gènes de ce cochon ont été génétiquement modifiés pour ne plus contenir de molécules de sucre alpha-gal (galactose-alpha), un sucre présent dans la viande.

 

Lire aussi : Des OGM dans l’alimentation

 

 

Des allergies à la viande rouge

 

 

Depuis une dizaine d’années, on observerait un phénomène d’allergie à cette molécule aux États-Unis, puis en Australie et désormais en Europe. Ce phénomène allergique serait initié par une piqure de tique. Les personnes atteintes deviendraient allergiques à la viande rouge. Selon les spécialistes américains, on compterait quelques milliers de cas de personnes allergiques.

 

 

Résistance aux antibiotiques

 

 

La modification génétique consiste à intervenir sur un gène qui code pour une enzyme responsable de la production des sucres alpha-gal. Pour y parvenir, on insère un transgène dans le gène en question. Mais, s’alarment les opposants aux OGM, le transgène injecté participe aux phénomènes de résistance aux antibiotiques, de plus en plus fréquemment observés dans l’élevage.

 

 

Recherche stratégique

 

 

La FDA a rejeté  ses arguments arguant que les phénomènes de résistance resteraient limités, l’accord ayant été accordé uniquement à un site de production dans le nord de l’Iowa et un abattoir dans le Dakota du Sud, avec une limite de 1000 porcs par an. En réalité, ce nouveau porc OGM recouvre une recherche autrement plus stratégique que celle, sans grand intérêt, de faire du jambon OGM pour quelques milliers de personnes allergiques à un sucre très spécifique.

 

 

La xénotransplantation

 

 

Les travaux de recherche sur cet OGM ont trait à la production d’organes pour les humains. Ce que l’on nomme la xénotransplantation. La molécule porteuse du sucre alpha-gal est une des causes des rejets par l’homme des transplantations dérivées du porc, du fait de réponses immunitaires excessives. Le porc GalSafe pourrait devenir à terme le pourvoyeur de tissus et d’organes pour l’homme. On assisterait pour l’instant à une expérimentation à échelle réduite, visant à augmenter l’acceptabilité sociale de ces modifications génétiques, explique le site spécialisé, inf’ogm.

 

JC Nathan

 

Source : inf’ogm

 

AUCUN COMMENTAIRE