Les épices et leur durée de conservation

0
23581
epices conservation

Nos chères épices ont une espérance de vie bien supérieure à la majorité des aliments. A condition de prendre des précautions de conservation.

 

 

Les épices ne se périment pas… sur le plan sanitaire tout au moins. Une vieille épice ne rendra jamais malade car elle contient des bactéricides et des fongicides naturels qui bloquent toute contamination. Sur les emballages, on trouve inscrite une DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) mais pas de DLC (Date Limite de Conservation). La DLUO est calculée en moyenne sur 18 à 24 mois.

 

Lire aussi : Olivier Roellinger, chef des épices

 

 

Une durée de vie liée au mode de conservation

 

 

Car les épices perdent de leurs saveurs au fil du temps. Certaines d’entre elles sont réputées plus fragiles : paprika, cumin, piment…. Dans tous les cas, la durée de vie des épices est très liée au mode de conservation. Selon cette spécialiste, une épice en sachets  (ouvert) est éventée en trois mois. Soit une durée de vie assez courte.

 

 

La lumière, l’air, la chaleur, l’humidité

 

 

Plusieurs causes font perdre aux épices leurs qualités organoleptiques et leurs vertus thérapeutiques : la lumière, l’air, la chaleur, l’humidité… Curcuma, paprika, piments, poivre… ne résistent pas aux forces de la nature. La lumière dissipe les couleurs, les saveurs, l’effet antioxydant. L’humidité fait perdre de la saveur. D’où la nécessité de soigner leur emballage.

 

Si vous avez acheté des épices en sachets, transvasez-les. Les flacons et bocaux de verre, conditionnements très hermétiques, sont bien adaptés. Encore faut-il ne pas les mettre à côté de la fenêtre, en plein soleil. Autre type d’emballage efficace, les boîtes métalliques (opaques par définition).

 

Autre avantage des conditionnements hermétiques, ils évitent la désagréable visite des mites. Oui, les mites goûtent non seulement la farine et les céréales mais aussi les épices !

 

 

 

Priorité aux épices fraîches

 

 

Conseil royal : dans la mesure du possible, il vaut mieux acheter des épices fraîches et entières, non broyées. En graines, en racines, en rhizomes, en fleurs… Les opérations de séchage et de broyage initient le processus de dégradation et de vieillissement. Ainsi, mieux vaut ne pas moudre le poivre à l’avance, utiliser la noix de muscade en noix et non en poudre, etc.

 

Autre conseil, achetez en petites quantités vos épices et n’hésitez pas à jeter de vieux flacons et sachets quand votre odorat commence à ne percevoir aucune effluve.

 

 

Aurélie Laroche

 

Sources :

www.epiceskarina.com

ileauxepices.com

dockdesepices.com

 

AUCUN COMMENTAIRE