Sans sucres ajoutés

0
722
sans sucres ajoutes
sucres aliments industriels

Que signifie la mention « sans sucres ajoutés » ? Est-ce une énième astuce marketing ? Cette information qui apparaît sur divers emballages (jus de fruits, compotes…) est tout à ce qu’il y a de plus sérieux.

 

 

Le libellé « sans sucres ajoutés » signifie que le produit ne contient pas d’autres sucres que celui des aliments. Il n’y a pas eu ajout de sucres ni d’édulcorants au moment de la préparation et de la conservation.

 

 

Les différents sucres et les sucrants

 

 

Le sucre se présente sous diverses natures : saccharose (sucre de table), glucose, lactose, fructose… Divers produits permettent de sucrer : sucre de betterave,  jus de canne, sirops de maïs, sirop d’érable, sirop de caroube ou d’agave… Mais aussi les édulcorants (faux-sucres).

 

 

Pas de monosaccharides ni de dissaccharides

 

 

Selon le règlement européen, un aliment « sans sucres ajoutés » ne peut contenir « de monosaccharides (glucose, fructose, galactose) ou de disaccharides (saccharose, lactose, maltose) ajoutés ou toute autre denrée alimentaire utilisée pour ses propriétés édulcorantes.

 

 

Diminuer les sucres libres

 

 

Privilégier des aliments libellés « sans sucres ajoutés », c’est diminuer fortement l’apport quotidien en sucre, plus précisément en « sucres libres ». Cette dénomination utilisée par l’OMS recouvre tous les sucres raffinés créés par l’industrie et les sucres naturels présents dans le miel, les sirops et les jus de fruits. Les sucres libres sont des glucides. Il faut les distinguer d’autres glucides, ceux naturellement présents dans le riz, les pâtes, les féculents

 

Lire aussi : Diabète, le rôle crucial de l’alimentation

 

 

10% de l’apport énergétique

 

 

L’OMS estime que les sucres libres ne devraient pas représenter plus de 10% de notre apport énergétique (calorique) fixé à 2000 calories pour la femme et 2500 pour l’homme. Soit l’équivalent de 50 g de sucre par jour (12 cuillères à café). La réalité est toute autre. Dans la plupart des grands pays occidentaux, on consomme entre trois et quatre fois cet apport « raisonnable » de 50 g, soit entre 150 et 200 g de sucre par jour.

 

Pour réduire ces doses de sucres aberrantes, il y a une méthode simple : réduire la consommation d’aliments industriels tels que sodas, céréales du petit déjeuner, biscuits, bonbons, pâte à tartiner, jus de fruits, etc.

 

Lire aussi : Désucrer les desserts

 

 

Katrina Lamarthe

 

 

Sources : sante.lefigaro.fr

eufic