La bataille des aliments enrichis en Oméga-3

0
396
oeufs enrichis en Omégas-3

oeufs enrichis en Omégas-3

Pour séduire les consommateurs, des éleveurs, des marques et des grands distributeurs se sont alliés autour de la bonne cause des aliments riches en Oméga-3.

 

Soutenu par le gouvernement, des éleveurs, des agriculteurs, des marques (produits de charcuterie, produits laitiers…) et des grands distributeurs (Carrefour, Monoprix, Casino, Intermarché, Monoprix…), réunis sous la bannière Bleu-Blanc-Cœur,  relancent une vaste offensive marketing en faveur des aliments enrichis en Oméga-3.

 

La juste cause des bons acides gras

La cause est assurément juste et bonne : les éleveurs s’engagent à orienter l’alimentation des animaux sur de bons aliments (lin, lupin, féverole, luzerne…) riches en Oméga-3. Résultat : les aliments qui en découlent (lait, œufs, charcuterie…) présentent une teneur en Oméga-3 plus élevée. Ce fameux « bon » acide gras dont la population française semble manquer fortement (lire Oméga-3, des acides gras prioritaires dans l’alimentation).

 

Les consommateurs vont donc découvrir dans les rayons de leur supermarché de plus en plus de produits signés « Bleu-Blanc-Cœur ». L’initiative est appuyée par le ministère de la Santé, de l’Agriculture et de l’Ecologie, et se proclame validée par le PNNS (Programme National Nutrition Santé comme d’intérêt de santé publique).

 

De nombreuses initiatives d’enrichissement en Oméga

Ce n’est pas la première fois qu’on assiste à de telles démarches d’enrichissement en bons acides gras. Le label Porc de montagne par exemple ou les aviculteurs qui ajoutent des graines de lin à l’alimentation de leurs poules sont déjà dans cette logique depuis quelques années.

 

Une alternative aux OGM et au bio

Le regroupement Bleu-Blanc-Cœur se positionne comme l’alternative durable et cohérente, face aux autres grands choix que sont le bio, les OGM ou l’agriculture conventionnelle. Dans sa communication, Bleu-Blanc-Cœur brandit les risques environnementaux des cultures OGM, en particulier les initiatives de grandes multinationales de la chimie comme BASF qui essayent de mettre au point des variétés de colza OGM enrichi en oméga 3. Pas avare de piques pour les « concurrents », l’association égratigne l’industrie pharmaceutique et ses alicaments, ou encore la filière des poissons, « riches en Omégas-3… et en polluants ».

 

A lire aussi : Oméga-3, des acides gras prioritaires dans l’alimentation

Source : http://www.bleu-blanc-coeur.com

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE