Le Nutella, les enfants et la santé

0
609
pâte à tartiner Nutella

pâte à tartiner Nutella

La marque Ferrero fête en 2014 les 50 ans de son produit fétiche, le Nutella. Une bonne occasion pour se questionner sur la fameuse pâte à tartiner consommée en grosses quantités par les jeunes français.

 

Les Français – essentiellement des jeunes –  consomment plus de 100 millions de pots de Nutella par an. Plus précisément 230 tonnes par jour, 84 000 tonnes par an, selon les estimations de Planetoscope. S’est-on assez interrogé sur ce que signifie pour la santé une forte dose de Nutella par jour ? Rien n’est moins sûr.

 

Le mythe de la Supercrema

 

Selon la légende, Pietro Ferrero, pâtissier dans la région du Piémont, décide un beau jour dans les années 1940 de mélanger des noisettes concassées avec du lait, du sucre et du cacao. Il invente une sorte de pain de chocolat baptisé Giandujot. Une ou deux années plus tard, en 1949, ce Giandujot fond et se transforme en une crème onctueuse. La Supercrema, appelée ensuite Tartinoise, puis Nutella,  était née.

 

Plus d’un jeune sur trois

 

En une cinquantaine d’années, Ferrero est devenu un puissant groupe alimentaire qui réalise un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards d’euros (autres marques : Kinder, Mon Chéri, Tic Tac…). La France est le premier marché du Nutella. 38% de Français sont consommateurs de Nutella, en grande majorité des enfants et des adolescents. Plus d’un jeune sur trois est un consommateur déclaré.

 

Composition : du sucre et des graisses

 

Le Nutella est fait de sucre, d’huile végétale (huile de palme), de noisettes (13%), de cacao maigre (7,4%), de lait écrémé en poudre (6,6%), de lactosérum en poudre, et d’émulsifiants : lécithines de soja, vanilline. En indiquant la composition, Ferrero oublie de préciser un « détail » : le Nutella est composé à 55% de sucres et d’huile de palme à 17%. En dégustant leur Nutella, nos chers enfants avalent tout simplement des cuillères de sucres et de gras (l’un des premiers facteurs d’obésité).

 

Indice nutritionnel médiocre

 

Le site spécialiste de la valeur nutritionnelle des aliments, www.zediet.fr, attribue au Nutella (ainsi qu’à son concurrent bio) la plus mauvaise note de son indice : G. Ce qui veut dire, à consommer de façon exceptionnelle, en petite quantité. Mais tous les amateurs de Nutella savent à quel point cette pâte à tartiner est « addictive ».

 

Les adolescences, gros consommateurs

 

Ferrero estime que le Nutella est consommé de façon raisonnable en France. Mais ses propres chiffres semblent indiquer le contraire. Environ 30% des enfants et 40% des adolescents, habitués du Nutella sont des gros consommateurs. Ferrero parle de plus de 11,5 g par jour, mais en réalité, ces gros consommateurs pourraient manger bien davantage (près de 40 g par jour selon nos estimations chiffrées). Il ne semble pas exagéré de dire que le Nutella est l’un des aliments contribuant au problème du surpoids et de l’obésité chez les jeunes en France.

 

Etiquetage, marketing et Facebook

 

Ferrero se targue de délivrer une information nutritionnelle claire et transparente, de faire un marketing responsable (pas de publicité à la télé lors des émissions pour enfants de moins de dix ans, etc). En fait, le groupe italien est un champion du marketing et de l’événementiel (pensons au succès Kinder). La marque Nutella est très active sur Facebook, largement diffusée chez les « plus de dix ans » (27 millions de fans de la page Nutella France !) Image moderne, goût inimitable… l’effet Nutella n’est pas près de s’estomper.

 

Bernard Duran

 

Sources :

owni.fr/files

http://www.planetoscope.com

www.ferrero.fr

www.zediet.fr

 

photo : www.farfaralab.com

AUCUN COMMENTAIRE