Supermarché pour locavores

0
298
locavores Locavorium

locavores LocavoriumTrois jeunes ingénieurs agronomes viennent d’ouvrir à proximité de Montpellier, à Saint-Jean-de-Védas, une supérette distribuant uniquement des produits régionaux. Une initiative pleine de bon sens en faveur des producteurs locaux et des circuits courts.

 

Dans l’Hérault, les locavores, comme on appelle les consommateurs privilégiant les circuits courts et le développement durable, ont désormais leur petite surface, à côté de Montpellier. Trois jeunes ingénieurs agronomes, Jessica Gros, Thibaud Piroux, Damien Roux, viennent d’ouvrir à Saint-Jean-de-Védas une supérette de 300 m2 dédiée aux produits locaux, baptisée Locavorium.

 

100% local

 

Au lieu de faire la tournée des fermes et des producteurs régionaux, le consommateur peut trouver réunis en un même lieu des fruits et des légumes de la région,  viande, volailles, œufs, vins, produits de la boulangerie, épicerie, etc. Avec indication de la localité du producteur pour les fruits et légumes ! Parmi les spécialités locales présentes dans les étals, citons le pâté gardois, la charcuterie de Rouet, les pâtes audoises, les châtaignes des Cévennes, la bière aveyronnaise..

 

Saisonnalité et développement durable

 

La plupart des producteurs sont localisés dans un cercle de 50 à 70 km, même si les dirigeants de Locavorium ne s’interdisent pas de « glaner » des producteurs jusqu’à environ 150 km. Conformément aux principes locavores, la proximité des producteurs et la saisonnalité sont parmi les critères importants retenus par les promoteurs de cette supérette. Ceux-ci sélectionnent leurs fournisseurs également sur leurs engagements et leurs affinités en matière de développement durable (élevage respectueux des animaux, traitements pesticides réduits au minimum…).

 

L’encouragement de l’activité régionale tout comme le principe d’une juste rémunération du producteur sont également au cœur des motivations de ces jeunes entrepreneurs éthiques. Cette initiative qui évoque à certains égards les « magasins de producteurs » pourrait bien susciter des émules ailleurs en France.

 

Aurélie Laroche

Sources : http://www.locavorium.fr