Tout savoir sur les consommateurs bio avec BioNutriNet

0
81
alimentation bio

alimentation bioS’appuyant sur l’enquête NutriNet, l’agence nationale recherche (ANR) lance une étude sur le  profil des consommateurs bio et les incidences des choix en faveur du bio.

 

Faute d’études sur des échantillons importants de consommateurs, et sur des périodes assez longues, on ne sait pas grand chose sur les consommateurs bio (lire sur ce sujet Les aliments bio : pas plus nutritifs mais plus sûrs.

 

Quel est l’intérêt exact de privilégier le mode de production bio ? Pour y répondre, une équipe d’épidémiologistes, nutritionnistes, biologistes, économistes et agronomes, dirigée par le Dr Emmanuelle Kesse, épidémiologiste, lance BioNutriNet. Cette étude va s’étaler sur quatre ans et porter sur un sous-échantillon de la vaste cohorte de consommateurs (54 300 adultes) suivis sur Internet dans le cadre de NutriNet.

 

Les bio sont moins souvent en surpoids

 

En France, ils représentent 7% de la population. Selon une première étude ponctuelle sur la cohorte NutriNetSanté, ils sont plus éduqués et plus actifs physiquement que les non-consommateurs de bio. Leurs rations caloriques sont comparables aux consommateurs classiques, mais leurs apports en vitamines, minéraux, bons acides gras, fibres sont meilleurs. Reflet d’une alimentation plus sélective (de meilleure qualité), les « bio » sont moins souvent en surpoids ou obèses que les consommateurs classiques.

 

Exposition réelle aux contaminants

 

Le projet BioNutriNet veut aller plus loin et répondre à diverses questions sur ces consommateurs. Par exemple, quelle est la part précise de l’alimentation bio dans l’alimentation totale ? Quelle est l’exposition réelle de ces consommateurs aux contaminants ? Selon l’importance des aliments bio dans leur alimentation totale, quels sont les apports en vitamines et en minéraux ?

 

Ce projet d’envergure devrait donc apporter des enseignements sur les incidences au plan individuel et environnemental des choix en faveur du bio. Faire que le bio ne relève pas uniquement d’un choix philosophique, politique ou affectif mais repose (également) sur des considérations scientifiques.

 

JC Nathan

 

Sources : Le bio bon pour la santé ? Le lancement d’une étude à long terme

http://www.lepoint.fr

 

http://www.agence-nationale-recherche.fr

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE